J’ai enfin trouvé ma robe de mariée !

robedemariée-robesdemariée-essayages-mariage-créateur

Le vendredi 22 décembre 2017 est une date que je ne suis pas prête d’oublier ! Après avoir parcouru 6 lieux différents et essayé 24 robes, je l’ai ENFIN trouvé. LE SAINT GRAAL : ma robe de mariée. J’ai attendu une dizaine de jours avant de vous en parler, car j’avais tout de même une petite hésitation entre plusieurs robes et je voulais vraiment être sûre de mon choix. C’est désormais chose faite !

Vous vous rappelez de mes premiers essayages de robes de mariée ?  Une cata… J’ai certainement dû (beaucoup) trop regarder l’émission « La Robe de ma Vie » (avant de constater que les robes n’étaient pas terribles et qu’on passait plus de temps à écouter les misères de la mariée, plutôt que d’admirer les robes qu’elle essayait vraiment). Bref !

Studio Pandore - Paris XVII

Si je n’ai pas pris la peine de vous parler de ma deuxième session d’essayages, c’est parce qu’ils étaient pires ! Si le lieu est plutôt un bon plan (dépôt-vente de très belles robes à des prix divisés par deux : Sophie Sarfati, Rime Arodaky, Atelier Pronovias…), l’expérience fait un peu « usine ». Il y a des conseillères qui ne conseillent pas vraiment puisqu’elles se contentent de porter la robe de mariée dans la cabine, puis vous demandent : « alors, comment vous vous trouvez ? ». Par contre, pour des accessoires, pourquoi pas !

A chacune sa façon et son envie de vivre ses essayages de robes, après tout. En ce qui me concerne, ce n’est pas l’expérience que je souhaitais vivre. Pour moi, il y a une relation de confiance qui doit se créer. On doit savoir qui vous êtes, ce que vous aimez, où vous allez vous marier… On doit aussi pouvoir analyser votre morphologie et vous conseiller, pour vous proposer LA robe de mariée. Vous voulez absolument des manchettes à votre robe, pourtant la créatrice ou la responsable de boutique vous a tout de suite imaginé dans une robe à bretelles ? E-COU-TEZ-LA !

Faites-lui confiance et lâchez prise, vous passerez un meilleur moment et aurez plus de chances de trouvez votre robe de mariée. Sans parler du fait que vous ne risquez pas grand chose en essayant la ou les robes qu’elle vous conseille…

Devenir folle d'amour chez Pandore

C’est d’ailleurs ce que j’ai fait chez Pandore. J’ai totalement laissé Ilheme choisir les robes de mariée pour moi. C’est vrai qu’une relation de confiance s’était déjà créée entre nous, puisque nous avons eu l’opportunité de nous rencontrer et d’échanger plusieurs fois toutes les deux. Mais je développe cette partie un peu plus bas. Bon ok, vraiment plus bas.

Cette journée, je l’avais prévu et imaginé depuis plusieurs mois. C’est la seule journée où j’ai pu réunir 3 de mes 4 demoiselles d’honneur ! Alors vous pensez bien que j’ai passé du temps à choisir des créateurs et des boutiques, chez qui on allait se rendre.

Veronika JEANVIE

Alors, cette partie sera très synthétique (bon, en la relisant, pas du tout), puisqu’il n’y a pas eu d’essayages à proprement parlé.

Les filles et moi avions donc prévu de nous rejoindre directement au showroom de Veronika Jeanvie à 10h30, heure de mon rendez-vous. Dix minutes avant, je reçois un message du mari de Veronika Jeanvie qui me prévient qu’ils auront un bon quart d’heure de retard et qu’il s’excuse. Tellement de bonne humeur et d’être avec mes demoiselles d’honneur que cela ne m’a pas du tout posé problème, nous avons donc attendu dans le café d’en face en sirotant un jus d’oranges pressées coupé à l’eau, tout ça pour la modique somme de 6 euros (coucou Paris).

10h45 nous quittons le café et entrons dans le showroom. La créatrice n’est pas encore là, son mari ne nous propose ni de nous installer, ni quelque chose à boire, ni même de jeter un oeil aux robes. Toutes un peu mal à l’aise, comme si nous étions des intrues, je finis par demander si l’on peut regarder les robes. Ce à quoi il répond : « Allez-y ». Trop aimable.

"On peut regarder les robes, Monsieur ?"

Les robes sont incroyables, très sophistiquées mais très belles. De magnifiques tissus et beaucoup de travail pour certaines d’entre elles. Plusieurs minutes passent, Veronika fait enfin son entrée et nous dit bonjour d’une main molle. Je lui montre celles que nous avons choisies et rajoute : « j’aimerais aussi avoir votre avis, donc n’hésitez pas à m’en proposer ». Ma remarque semble lui plaire et elle s’investie alors un peu plus.

Passons aux essayages. J’enfile la première, c’est un bien grand mot car la robe de mariée est un peu petite, mais bon je ne me décourage pas. Sauf que ce sera la première et la dernière que j’essaierai ! B. dit à voix haute qu’elle n’aime pas, ce qui visiblement agace la créatrice. Je me dis qu’elle se sent visée dans son travail, je peux le comprendre, mais elles doivent pouvoir donner leur avis aussi. Passons à la deuxième… Je l’enfile jusqu’aux genoux… LOL What’s going oooooooon ! « Trop petite pour vous ». Oui merci j’avais remarqué. Je lui demande comment se fait-il que je ne passe même pas une cuisse ? « Nous ne pouvons pas avoir les robes dans toutes les tailles, c’est du sur-mesure que l’on fait ». Bien entendu, ça paraît normal et aucune créatrice propose ne serait-ce que deux tailles différentes sur un modèle.

Non ce que je veux savoir c’est pourquoi prendre du 34-36-38 pour les robes d’expo. « Ce sont les robes pour les défilés, donc ce sont les tailles mannequin ». Ah, je comprends mieux. Mais moi je ne suis pas mannequin. Je ne fais pas du 34, ni du 36 (ok, plus du 38 non plus). Du coup je lui demande « mais comment font vos mariées pour essayer les robes ? ». « Elles n’essayent pas. Elles choisissent les tissus, les dentelles et je fais du sur-mesure. Moi je fais du sur-mesure, si vous ne voulez pas, allez ailleurs les autres ils ne font pas du sur-mesure comme moi » (oui oui, c’était très répétitif).

"Moi je fais du sur-mesure, si vous ne voulez pas, allez ailleurs"

OULA, alors là on a du gros niveau. Moi qui avait tellement aimé ses créations lors du salon du Mariage 2016, j’avais hâte de la rencontrer et d’essayer ses robes. Et là, je suis partagée entre colère et sidération. « Madame, croyez-moi, vous n’êtes pas la seule créatrice à faire du sur-mesure. La différence c’est que chez les autres créatrices, on peut essayer les robes, pour S’IMAGINER dedans ». Comment peut-on partir sur l’idée d’une robe sans l’avoir testé sur nous ? Je suis la première à avoir fait les frais du : « je pensais que cette forme m’irait ».

Bref, je me rhabille en m’agaçant un peu, son ton ne me plaît pas du tout et j’ai eu l’impression de déranger du début à la fin. Je ne dis pas merci, et je m’en vais. On récapitule : service 0, accueil 0, essayages 0, conseils 0. Je repars tout de même frustrée, car les robes étaient magnifiques… Si seulement on était prévenues dès le départ : on ne peut pas essayer les robes, on fait directement le sur-mesure. La journée commençait pas terrible et à ce moment-là, je me demande si je vais vraiment trouver ma robe de mariée.

PANDORE (love)

On quitte le showroom 10min après y être entrées, autant vous dire qu’on avait de l’avance pour le prochain rendez-vous ! Le temps pour nous de débriefer sur l’expérience inédite et surréaliste que nous avons vécue ! J’en profite pour « facetimer » (ça se dit ?) ma 4ème demoiselle d’honneur, l’absente, qui se remet difficilement de sa cuite de la veille (coucou S. lol).

Nous marchons, nous discutons, nous rigolons. Je prends énormément de plaisir à être entourée de mes meilleures amies, mais surtout de sentir qu’elles sont toutes bienveillantes les unes avec les autres. J’ai beaucoup de chance, elles sont formidables. Elles font connaissance aussi, puisqu’elles ne s’étaient jamais rencontrées.

Finalement il est déjà midi, on a faim et on finit par en avoir marre du crachin ! On se réfugie dans une brasserie. On se réchauffe, on se régale et on remet les pendules à 0 pour repartir sur de bonnes bases. J’ai confiance en Ilheme, la co-fondatrice de Pandore, et je sais que mon expérience sera différente.

Je savais qu’elle allait être différente, mais pas à ce point ! Nous sommes rentrées dans un cocon, littéralement ! Cette fois, on nous a invité à prendre place sur le canapé et on nous a même proposé à boire (on ne demandait pas grand chose, voyez). Ilheme, armée de son petit carnet et stylo Mille et une listes, commence à me poser des questions sur mon mariage : le lieu, le nombre d’invités, comment la journée va se dérouler, les couleurs… Ensuite on passe à la robe de mariée. Elle me demande ce que j’aime sur mon corps : « ma poitrine, mes fesses, ma taille fine ». Et s’il y a une partie que je veux cacher ou dissimuler : « mes hanches, mes bras » (bah oui, on sait toutes prendre conscience de nos défauts physiques quand il le faut).

On passe aux essayages et finalement, je ne choisis pas vraiment de robe de mariée moi-même (je m’en rends compte que maintenant). Je suis toujours orientée par Ilheme, qui visiblement sait de quoi elle parle ! J’en essaye 6 en tout, les voici par ordre chronologique :

  1. LUIS : apparemment c’est une forme qui ne va pas à tout le monde. J’aime sa transparence, j’aime être à l’aise dedans, j’aime les petits bijoux partout sur la robe. Mais voilà, mon côté traditionnel refait surface et je ne brillerai pas dans une robe de mariée grise. J’en veux une blanche !
PANDORE - Modèle LUIS

2. NOA : cette robe de mariée ne m’a pas du tout plu au départ. Les fines bretelles ne m’allaient pas et je la trouvais trop simple. Ni une ni deux, Ilheme l’accessoirise avec un petit top en dentelle et une ceinture de mariée… Là, c’était la première fois (depuis ma rencontre avec Sophie Sarfati), que je me plaisais dans une robe ! Ce petit top délicat en dentelle était une très bonne idée pour camoufler un peu les bras, mais en ayant quand même un dos nu, et un beau décolleté. Donc petite idée sympa, le top en dentelle, pour celles qui ne sont pas très à l’aise avec leurs bras et qui cherchent encore leur robe de mariée…

PANDORE - Modèle NOA

3. HENRY : robe sirène, bustier. C’est la première et seule forme de robe de mariée qui m’allait, lors de mes premiers essayages. Ilheme me précise que la dernière mariée qui a craqué pour ce modèle est une belle Colombienne avec de belles fesses (ah ces latinas…). Forcément, l’argument me plaît, je l’essaye. Et puis je l’enlève, aussi vite que je l’ai passée. La grosse dentelle ne ressort pas bien sur ma peau plutôt claire. J’imagine en revanche très bien la latina avec sa peau dorée, dedans !

PANDORE - Modèle HENRY

4. ANGEL : mais ? « Ilhème, non, j’ai dit pas de manches longues. En plus elle fait mémère celle-là ». Mesdemoiselles, mesdames… Voici MON PREMIER COUP DE COEUR DE FOLIE. Je me suis sentie tellement belle dans cette robe de mariée, le tissu est doux et fluide. J’aurais pu danser toute la nuit avec cette robe de mariée. Sans parler du fait que les manches, on peut les raccourcir (3/4, ou manchettes par exemple). Et ce petit dos nu, il est pas trop chou ? (oui, il faut cliquer sur le lien pour voir le fameux dos nu !).

PANDORE - Modèle ANGEL

5. ANTONIO : aïe, mon petit coeur. Il faut dire qu’on se sent comme une déesse grecque dans cette robe de mariée ! J’aime absolument tout dans cette robe. Elle est originale, légère, sexy… DEUXIEME COUP DE COEUR DE FOLIE !

PANDORE - Modèle ANTONIO

6. TALASA + VOLANTIS : collection 2018 de Caroline Otaduy, cet ensemble n’est même pas censé être là ! Eh oui, je parle d’ensemble car c’est bien une robe ultra haute et son petit top dos nu. On n’a pourtant pas de décolleté (impératif que j’ai demandé). Ilheme me dit : « j’y pensais bien avant que tu viennes, à te faire essayer cet ensemble, mais comme tu m’as dit décolleté à tout prix, je ne te l’ai pas proposé ». Finalement, je lui fais confiance et j’essaye la tenue. TROISIEME COUP DE COEUR DE FOLIE !

PANDORE - Modèles TALASA + EUPHORIA (Collection 2018 Caroline Otaduy)

En fait, moi qui pensais ENCORE ne rien trouver et être à deux doigts d’annuler le mariage pour cause de pénurie de robe de mariée. Me voilà, avec trois robes magnifiques et totalement différentes. Toutes plaisent à mes demoiselles d’honneur. Surtout la dernière.

Après réflexion, voici mon classement par ordre de préférence :

  1. ANTONIO
  2. TALASA + EUPHORIA
  3. ANGEL

Harpe Paris

J’étais à la limite d’annuler le rendez-vous. Tellement heureuse d’avoir trouvé 3 robes chez Pandore, je me suis dit que je n’aurai pas autant de chance dans la même journée ! Laissez-moi vous dire que ça aurait été dommage !

Nous voilà donc dans le sentier, on commence à être toutes un peu fatiguées mais on continue. On entre, Françoise et Marina nous accueillent chaleureusement. Marina se marie une journée après moi ! Elle était donc en plein essai maquillage et on papote comme des futures mariées qui ont énormément de choses à se raconter. Un peu comme nous, quand on se retrouve sur Instagram. Je vous parle comme si on se connaissait depuis toujours !

On s’assoit toutes sur le canapé, et comme elles doivent sentir notre fatigue, elles me demandent si j’avais repéré des modèles en particulier : « oui, en effet ». Et je file dans la cabine essayer la première robe de mariée.

  1. LALIQUE : vous avez vu ce dos ? La dentelle est magnifique tout comme le plombé de la robe. On s’y sent bien (encore plus quand elle est un peu trop grande comme ici lol). Toutefois, ce n’est pas le coup de coeur de mon côté, le devant de la robe étant un peu simple à mon goût. Avec ma morphologie, je suis obligée de me tourner vers une robe un peu plus cintrée !
Harpe Paris - Modèle LALIQUE

2. ATHENA : c’est la grosse surprise ! Le retour de la déesse grecque, quoi ! Le décolleté, le plumetis, la fente de la robe de mariée… Un côté glamour tout en restant classe. Cette robe est à tomber ! Mes demoiselles d’honneur ne sont pourtant pas du même avis que moi, le plumetis ce n’est visiblement pas leur truc.

Harpe Paris - Modèle ATHENA

3. ANGELIQUE : c’était mon coup de coeur sur leur site. Un décolleté en dentelle, des petites manches assorties, du tulle brodé et une forme un peu empire. Sur le papier cette robe de mariée était parfaite pour moi, à l’essayage un peu moins. Je ne brillais pas !

Harpe Paris - Modèle ANGELIQUE

Il est bientôt 17h et la journée se termine. Beaucoup d’émotions se mélangent, et la surprise réservée par mes demoiselles d’honneur en fin d’essayages, n’arrange rien (mais ça, ce sera pour un prochain article !). Du coup, j’ai retenu plusieurs robes mais à ce moment précis, aucune idée de celle qui sera la mienne. J’ai besoin de temps pour y réfléchir et finalement c’est la nuit qui a porté ses fruits. Je suis désormais certaine de celle que je veux.

Rendez-vous le 23 février pour la prochaine étape ! Et vous, avez-vous trouvé la robe de vos rêves, et chez quelle créatrice/boutique ?

Love,

3 autres articles que vous pourriez aimer :

7 comments

  1. Alors, je ressors assez mitigée après cet article (ne prends pas peur !!)

    Heureuse car tu as trouvé ta robe et que tes coups de cœur correspondent bien à mes goûts et que j’approuve totalement tes choix. Mais choquée par le comportement de certaines enseignes ou ‘professionnels’. C’est affligeant de constater que certains manquent cruellement de relation-client qui est tout de même la base, surtout dans le monde du mariage qui se veut cocooning, intimiste, simple et confiant. Vraiment désolée que tu aies vécu une telle expérience. Moi qui pensais que les films exagéraient, je tombe des nues.

    Bon parlons du positif, de belles robes de mariée en fin de compte et je te rejoins totalement, IL FAUT ECOUTER LES PROS. Ils ont l’habitude, voient différentes morphologies et avec l’expérience savent ce qui tombe juste, fonctionne et savent aussi s’adapter aux goûts des unes et des autres. Tu as bien fait de te laisser guider. C’est la clé ! Surtout que tu n’aurais peut-être pas tenter les essayages de certaines robes de toi-même et serais passer à côté de superbes robes. Pour ma part, c’est ANTONIO sans hésiter une seule seconde ! Le style grecquo-romain, tout ce que j’aime *-* (et ce que j’ai choisi comme style de robe…)

    De mon côté, je n’ai pas du tout vécu la même chose que toi pour la simple et bonne raison que je n’ai pas fait d’essayages à proprement parler. En fait, j’ai la chance (?) d’être assez à l’aise avec mon corps et d’être plutôt grande et fine (merci mes parents) Du coup, il y a 5 ans, je me suis prêtée au jeu d’être modèle pour des créateurs de robe de mariée à l’occasion de séances photos et défilés. Ainsi à débuter quelques expériences en amateur (pour le plaisir de porter des robes quoi) et du coup, j’ai rapidement pu voir ce qui m’allait (ou pas), me plaisait (ou pas) et j’ai surtout rencontré des gens du milieu. Ainsi est née une très belle amitié avec une créatrice lyonnaise : Caroline Quesnel. Alors, quand le moment est venu de choisir pour moi, je n’ai pas cherché longtemps. C’était cette créatrice ou rien. En plus, elle m’a fait un très beau prix et a choisi de créer ma robe selon mes envies *-* Le rêve absolu (même si du coup, la robe n’existe pas encore et est juste dessinée et en cours de création) J’appréhende un peu lorsque je la porterai vraiment, mais j’ai confiance. Donc, complètement différent comme tu vois…

    En tout cas, je suis vraiment heureuse que tu aies trouvé ta perle 🙂 et j’ai hâte de voir le rendu !

    1. Wahouuuu, merci pour ton message j’ai adoré te lire !! La robe que j’ai choisie n’est pas dans l’article, néanmoins la Antonio arrivait en deuxième position 🙂 C’est vraiment génial ton expérience, beaucoup de chance en effet et même encore mieux d’avoir eu un coup de coeur pour une créatrice… Même si la finalité c’est la robe, j’ai compris que l’expérience et la relation partagée avec la créatrice fait 50% du job… T’as vraiment bien fait :)) Tu la récupères quand du coup ? Encore des ajustements à faire ??

    2. Merci Lise !

      Je viens tout juste d’arriver sur ton commentaire. Je suis touchée de ton témoignage me concernant car grâce à cela, une nouvelle cliente vient de me découvrir pour des essayages pour son futur mariage.

      Effectivement, l’écoute est très importante en tant que créatrice afin de proposer des modèles de robes de mariées faites sur-mesure.

      Je te souhaite une très belle année 2020. Un gros bisou, à très vite sur Lyon !

  2. Coucou Neylia !
    Ah je suis vraiment contente car la Antonio est ma chouchou ici. Il me tarde de voir quelques photos du jour J du coup pour découvrir la robe !
    De mon côté, nous avons fait le patron de la robe en décembre et j’ai encore deux rdv pour les ajustements et autres. La robe sera finie et livrée en avril. J’ai hâte. Surprenant non ? X)

    1. Hello Lise,
      La Antonio est vraiment magnifique et originale ! Mais ma robe ne fait pas partie de la sélection, je garde le suspense jusqu’au bout lol ! Super pour ta robe, ça va aller très vite ! Moi je l’aurai fin mai, encore deux rendez-vous aussi mais je la veux le plus tard possible (je suis en processus d’amaigrissement mdrr). :*

  3. Bonjour!
    Pas trop speed les essayages ? Ils doivent un peu « chronométrer » non ?
    Combien de temps cela a duré ? 1 heure dans chaque showroom ?
    Merci pour ta réponse !
    Hâte de lire la suite des évènements !

    1. Hello Claire,

      Ca dépend des lieux ! Forcément chez une créatrice, l’accompagnement et les essayages sont plus personnalisés et on prend le temps dont on a besoin (généralement 45mn-1h). Dans les autres boutiques où nous sommes plusieurs futures mariées, effectivement c’est plus 20 à 25mn ! Il faut aller droit au but et aucun échange pour vraiment faire connaissance et profiter d’une expérience au top… Dommage. Pour le coup j’ai passé 40mn chez O’Scarlett (j’ai senti que c’était trop long pour elles), une heure chez Sophie Sarfati, 25mn chez Dressing Club, 1h15 chez Pandore et 1h chez Harpe. Je te conseille deux boutiques/créatrices par jour pas plus car c’est hyper fatigant et on est moins concentrées sur la fin lol.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *