Retour sur mon parfait EVJF à Ibiza !

mon parfait EVJF à Ibiza - enterrement de vie de jeune fille - destination - résumé - blog mariage - dh - wedding

Sérieusement, je ne sais même pas par où commencer… On va faire comme si vous n’aviez pas vu mes stories sur Instagram, et reprendre depuis le début ! Je vous parlais encore récemment d’un petit imprévu qui m’avait fait connaître la destination de mon enterrement de vie de jeune fille. Je pensais partir à Tunis, mais finalement c’est à Ibiza que mes trois demoiselles d’honneur et mes deux amies d’enfance, m’ont donné rendez-vous. Autant vous dire que je ne m’y attendais, mais alors PAS DU TOUT. Retour sur mon parfait EVJF à Ibiza…

On récapitule

Fin avril, soit dix jours avant de partir, je reçois un lien sur notre groupe WhatsApp de la part de Mademoiselle M. Ni une ni deux, j’ouvre la conversation et je lis : « Regardez ce que j’ai trouvé les filles, ça peut être bien comme activité supplémentaire« . Je clique et tombe sur « SPA de luxe à Tunis ». Je reviens sur le groupe, et là le message est supprimé. Je me dis : oops la gaffe !

Coup de chaud, déception de connaître la destination avant de partir, puis malaise de peur que Mademoiselle M. se fasse engueuler par le reste de la team (surtout Mademoiselle B. ma belle-soeur, elle n’est pas commode… loool, ça vaaaaaa, on rigooooole). Je me suis étonnée d’une bourde si conne, puis j’ai su que du côté de Mister G. et ses garçons d’honneur, il y avait aussi eu des boulettes car certains se trompaient de groupes. Finalement, une fois la surprise passée, je me dis qu’il y a plein d’autres choses qui m’attendent sur place et qu’on passera des moments exceptionnels, peu importe que je connaisse la destination, ou pas.

Dans l'aéroport

Le jour-j (lundi 7 mai), je me lève à 5h30 pour faire un bisou à Mademoiselle S. qui prend un autre avion que nous, et qui fait escale. Vous ne comprenez pas ? Pas de soucis, moi non plus. Elle me dit juste : « ça se goupille bien, tu verras, et il y aura une surprise à l’arrivée« . Bon ok, je ne cherche pas plus loin, puis retourne me coucher sans trouver le sommeil. Sans doute trop excitée à l’idée d’être enfin le jour du départ de mon EVJF. 

Mon frère nous emmène à Orly vers 9h, Mademoiselle B., Mademoiselle M. et moi. A peine sortie de la voiture, me voilà équipée d’un masque pour les yeux et d’un casque à réducteur de bruit (autant vous dire qu’avec de la musique, il pourrait y avoir un concert juste devant nous, qu’on n’entendrait rien). Au début la démarche est incertaine et pénible, puis je sens la main de mon amie d’enfance, qui me rassure. Le toucher : le seul de mes cinq sens que je pourrai utiliser pendant les trois prochaines heures. Je repense alors à nos années lycée, nos engueulades d’adolescentes, nos peines, mais aussi nos fous-rires et le fait que maintenant elle soit maman d’une adorable petite fille… Bref, je suis seule et isolée avec ma musique, mon esprit s’égare vite. 

Quand tu en as marre d'être isolée depuis déjà deux heures - © Mademoiselle B.

Je sens qu’on tournicote beaucoup, pour déposer les valises sans doute (oui, car même si on partait seulement 4 jours, ma valise pesait déjà 19 kilos). Puis, je ressens de nouveau la chaleur sur mes épaules, comme à notre arrivée. On me retire le masque et le casque, et j’entends Mademoiselle M. dire : « tu peux ouvrir les yeux pour ta première surprise« . Cela fait déjà une heure que je suis totalement dans ma bulle, que je parle parfois même à voix haute, mais pour rien, puisque je n’entends aucune réponse. 

J’ouvre donc les yeux et je vois une amie de collège, Mademoiselle Lu. (que je revois assez régulièrement car nous habitons toutes les deux sur Paris). Je ne sais pas pourquoi j’ai été si surprise de la voir, mais tellement heureuse. Avec le recul, je me dis que je ne croyais pas forcément qu’il y aurait d’autres copines, en plus de mes trois demoiselles d’honneur. Mais si, elle était bien là, pour vivre avec moi mon parfait EVJF à Ibiza !!

J’ai à peine le temps de me remettre de mes émotions (et le policier derrière moi non plus d’ailleurs), que me voilà de nouveau avec le masque et le casque ! Cette fois, c’est Mademoiselle Lu. qui me guide, la démarche est plus rapide et tonique, mais je me prends moins de poteaux qu’avec Mademoiselle M. ! Le temps passe, j’attends encore et toujours. Le casque et le masque sur la tête, je me dis que je dois en faire marrer plus d’un à l’aéroport ! D’autant que les filles s’amusent à me mettre des vrais tubes : « la chatte à la voisine », « t’es chiant(e) » (de Eve Angeli et Francky Vincent, pour info), « yakallelo »… Et comme elles ne veulent pas changer je crie fort : « vous pouvez mettre autre chose que la CHATTE A LA VOISINE, s’il vous plaît ?« . Après ça, j’ai eu direct du Rihanna !

On entre enfin dans l’avion, mes mains sur les épaules d’une des filles, elles me laissent me cogner violemment la tête (si, violemment, bouuuhhh, c’est pas très gentil ça). Je les sens se marrer, se secouer de rire en fait, pendant que je frotte mon front meurtri (si, meurtri)… 

Dans l'avion

Après 20 minutes de vol, j’ai toujours mon bandeau et mon casque, ce qui commence un peu à me souler, mais c’est vraiment un caprice quand on pense à la situation ! Je garde le tout sans rien dire, mais je fais remarquer à Mademoiselle B. assise à côté de moi : « mais puisque je connais la destination, vous pouvez m’enlever tout ça, non ?« . Je sens une petite tape hautaine sur la main en guise de réponse. Bien, bien, bien. 

Je suis à ce moment persuadée qu’une autre copine nous a rejoint dans l’avion, et je m’attends à la voir en retirant le masque. Entre deux musiques, j’entends les consignes de sécurité en espagnol, l’idée d’aller à Barcelone rejoindre une amie qui y habite m’effleure à peine, puis je me dis que non. De toute façon, j’en ai marre d’écouter de la musique, c’est tout ce à quoi je finis par penser. 

Lorsqu’on me retire tout l’attirail, mes yeux balayent rapidement l’espace, mais je ne vois pas de nouvelle tête. Je vois…beaucoup de jeunes dans l’avion, mais c’est tout. Bon là, je comprends plus rien. Mademoiselle B. me dit que si l’on atterrit bien à Tunis, notre hôtel est à Hammamet. Cool, une station balnéaire ! Elles tentent de m’expliquer la suite des événements, je ne comprends absolument plus rien et je leur demande plusieurs fois de répéter. Elle me présente les papiers du voyage en me disant qu’il y a une grande photo à la fin et qu’il faut que je la regarde, que c’est une nouvelle surprise. Et c’est là que je vois : « VAMOS A IBIZA » ! 

JE NE COMPRENDS PLUS RIEEEEEEEN !! Et finalement, je ne parais pas excitée ou joyeuse, je suis juste déconcertée : « mais attendez… On ne va pas à Tunis ?« . Et là je me refais tout le film dans ma tête : la fausse boulette de Mademoiselle M. et moi allant leur parler individuellement à toutes pour ne pas trop qu’elles s’en fassent, les captures d’écran de la météo à Tunis, les plats que je veux rapporter en France, mon article sur Tunis, mes échanges avec d’autres amis sur le sujet, Mister G. qui apparemment était dans la boucle… Finalement, je comprends mieux et je suis juste reconnaissante et heureuse de ce revirement de situation !

Vite changer la prochaine musique pour éviter les pauses !

Elles pensaient que j’allais hurler, mais mes sentiments étaient tellement mélangés que rien ne sortait. Je pense que toute cette attention qu’on me donnait, tous leurs efforts, leur envie de bien faire, l’investissement qu’elles ont fait… tout ça pour moi. La gêne se mêlait au bonheur de vivre tout ça. 

L'arrivée à Ibiza

En sortant de l’avion, elles me remettent seulement le masque (encoooooore, mais j’ai eu mon lot de surprises pour une année là !). Je me dis qu’il y a un petit cadeau qui m’attend, une énigme ou une banderole même ! Déjà, je suis censée retrouver Mademoiselle S. et j’ai juste hâte qu’on soit toutes réunies. Je retire le masque et là je vois une autre amie du collège, qui habite à Barcelone, Mademoiselle Lo. Comment vous dire que, je ne m’y attendais VRAIMENT, VRAIMENT PAS… Bon, je vous fais partager ce moment, les mots ne suffisent parfois pas !

Remises de nos émotions (visiblement nous n’étions pas les seules à avoir pleurées !), on monte dans des taxis et direction l’hôtel à quelques minutes de là. Je découvre donc l’Hôtel Garbi Ibiza & Spa****… Et là c’est a feuuuuuuliiiiiie ! Encore une fois, je ne m’attendais pas à un hôtel aussi beau et confortable (avec un petit déjeuner royal). A croire qu’à bientôt trente ans, on en deviendrait plus exigeant ! Je découvre ma chambre, que je partagerai avec Mademoiselle M. Mademoiselle S. et B. s’étaient rencontrées une fois et le contact était hyper bien passé. Quant à Mademoiselle Lu. et Lo., elles se connaissent depuis le collège, plus facile du coup. Tout se goupillait parfaitement ! Je découvre ma chambre, remplie de beaux ballons « Team Bride », à paillettes, et en forme de coeur. Je suis toujours un peu gênée, mais toujours aussi heureuse de mon parfait EVJF à Ibiza, et de toutes leurs attentions à mon égard…

Mon lit <3

Mon parfait EVJF à Ibiza

Lundi 7 mai 2018

Une fois installées et changées, direction le restaurant de plage de l’hôtel pour un déjeuner espagnol, à 16h30. On débriefe, on rigole, elles font connaissance aussi. Je me pose quelques minutes pour contempler la vue et la vie que j’ai à ce moment précis. Je me dis que toutes les cinq préparent ça depuis des mois (octobre je crois !), et qu’elles ont dû se casser le cul pour qu’on finisse dans ce cadre là…

On file ensuite à la piscine se poser sur les transats, se dorer la pilule, parce que niveau bronzage c’est la cata (malgré Dubaï en mars pour moi). On papote on ragote sur un petit groupe de nanas, maquillées comme des camions volés, aux seins qui les étoufferaient presque et qui ont visiblement trop bu. Alors là, on est bien et on se marre toutes (comme tous les gens autour de nous en fait). Entre temps, Mademoiselle M. se fait draguer par un néerlandais super mignon de…. 6 ou 7 ans. Puis on décide de filer au Spa, profiter du hammam, sauna, bains à remous et douches à jets. On nous prévient d’être « silenciosas », on acquiesce, puis deux minutes plus tard on vient nous rappeler à l’ordre car bien sûr on fait trop de bruit.

SPA de l'hôtel Garbi - Ibiza

Passage rapide dans les chambres avant de sortir. Mademoiselle M., Lu. et Lo. trouvent un restaurant qui semble leur plaire à toutes. Nous voilà parties en bus dans le vieux Ibiza (très calme car nous ne sommes pas encore en haute saison, les openings des grosses boîtes de nuit commencent vraiment à la fin du mois, voire début juin). Le restaurant de tapas choisi, Can Terra, est plein à craquer, même son bar ! Mais un gentil serveur (Pinto) nous attrape au vol et nous dit de revenir dans une petite demi-heure pour avoir une table. On va boire un coup à quelques pas de là, avant de retourner nous installer à la table que Pinto nous avait prévu. 

On mélange gin tonic, bières et mojitos (pas bon pour la santé, blabla). On se régale avec des tapas de folie, et les langues se délient peu à peu. Comme tout groupe de filles qui se respectent, on finit par parler de choses pas très catholiques ! On hurle de rire, on mange bien, on est au soleil… Je me souviendrai à vie, de mon parfait EVJF à Ibiza ! 

On va se promener au port, espérant trouver un peu plus d’animation, mais là encore… La saison ne commence que dans quelques semaines. Les filles arrivent à se faire embarquer dans un bar où on nous fait une offre alléchante de boissons à petits prix, avec en cadeau un shot de vodka caramel, visiblement dégueulasse. On préfère partir pour éviter d’avoir mal au ventre le lendemain !

J’avais préparé un petit jeu ludique à mes demoiselles d’honneur pour qu’elles devinent celui qui serait leur garçon d’honneur le jour-j, pendant la cérémonie laïque. Ce qui leur a aussi permis d’en savoir un peu plus sur eux avant de les rencontrer !

Mardi 8 mai 2018

Premier dodo de rêve à Ibiza, Mademoiselle M. a presque pas ronflé. En même temps, entre le rosé et les mojitos… Je saute du lit pour tirer les rideaux et sortir sur le balcon admirer la mer. Il est 8h30 et je vois déjà quelques courageux courir sur la plage. Je les envie, c’est vraiment la liberté absolue…

Mademoiselle M. et Mademoiselle Lo. ont eu le courage d’aller à la séance de Yoga sur la plage, elles sont rentrées rouge écarlate, mais ont adoré ce moment. Si seulement j’étais plus du matin ! Sauf qu’à ce moment-là, je pense uniquement au petit déjeuner. Fruits, pancakes, crêpes, pain, gaufres, confitures, nutella, miel, oeufs à toutes les façons, charcuterie, céréales en tout genre… Y a tellement de choix qu’on est restées bien une heure !

Petite marche au soleil avant de prendre le bus direction la playa de ses salines. Pleine d’algues avec une odeur pas terrible, mais heureusement que la plage est belle, et que le sable est fin. On s’endort un peu sur les serviettes, jusqu’à ce que deux d’entre nous en aient marre du soleil et finissent par aller boire un verre au restaurant de la plage. Il y a toujours deux équipes : la première qui pourrait passer la journée à bronzer au soleil (j’en fait largement partie, Mademoiselle S. et B. également), et l’autre qui pourrait passer son temps à visiter et ne tiennent pas en place, voire ne supportent pas le soleil (Mademoiselle M. et Mademoiselle Lu.). Mademoiselle Lo. est une parfaite « ça m’est égal, c’est comme vous voulez« , elle suivra toujours le sourire aux lèvres. Finalement, les deux équipes s’en sortent très bien pendant le séjour !

Playa de ses Salines - Ibiza 2018 - © Mademoiselle M.

Après le resto de plage catastrophique et hors de prix, nous retournons quelques instants à la piscine de l’hôtel où après une bonne demi-heure de tentatives infructueuses, je finis par m’y baigner avec Mademoiselle B. (16 ou 17 degrés, la piscine). On se prépare pour une nouvelle sortie et un nouveau restaurant : le Re.Art. Une TUE-RIE ! Les croquetas étaient dingues, le jamon s’est mangé en quelques secondes, tout comme les petites gambas et autres tapas commandées. On finit la soirée dans un bar français : « Chic » (très original, me direz-vous), où certaines se prennent un bon dessert et d’autres des mojitos.

On est un peu cassées de notre journée, on appelle deux taxis, si bien que Mademoiselle Lu. a pu dégainer le célèbre : « suivez ce taxi !« , avant que le mec monte jusqu’à 140km/h, sur une route limitée à 80… On se retrouve dans l’une de nos chambres pour faire une ou deux parties de blanc-manger-coco (on peut rire de tout mais pas avec n’importe qui) ! Et on s’endort comme des grosses masses qu’on est.

Mercredi 9 mai 2018

Même rituel jusqu’au petit déjeuner, aujourd’hui on profite dès le matin de la piscine (on a donc les meilleures places), on se tartine de crème et je hurle sur Mademoiselle B. pour qu’elle se mette à l’ombre. Elle et Mademoiselle M. n’ont pas voulu se protéger, résultat elles sont rouges comme des tomates ! Il fait seulement 24 degrés mais au niveau des températures ressenties c’est autre chose ! On parle d’amitié, de confiance, d’amour et de la vision qu’on a de notre vie, sans vraiment voir le temps passer. On en profite pour faire quelques (beaucoup) de selfies, et on voit l’heure filer !

Parce qu’aujourd’hui gros programme pour mon parfait EVJF à Ibiza ! Les filles ont tout préparé pour un beau shooting photos entre nous : tatouages éphémères, ballons, couronnes de fleurs et robes bohèmes. On doit donc se préparer avant d’aller déjeuner en vitesse (c’est le cas de le dire) au resto de l’hôtel. 

Mademoiselle M & Moi
Mademoiselle Lo., Mademoiselle Lu. & Moi

Finalement, le temps passe trop vite, on termine à peine nos assiettes et on file direction la Boat Party ! C’est une institution à Ibiza, et on est rapidement dans le bain avec le style des filles : certaines sont en mode Coachella, d’autres ont simplement les fesses à l’air et sont perchées sur des talons bien trop hauts pour elles. Qu’importe, l’ambiance est là. Open bar de bières, sex on the boat et sangria. Bon, je bois presque pas d’alcool alors ce genre là malheureusement… j’ai passé mon tour ! Mais pas tout le monde…

Au bout d’une heure on a perdu Mademoiselle B. et Mademoiselle M. qui se font plein de nouveaux copains à l’étage du bateau, renversent de la sangria bien rouge sur leur pantalon Sézane à 100€, et font la queue 30 minutes pour faire pipi toutes les heures. On chante, on rit, on prend des photos, on kiffe le son et d’être en mer. Une heure avant de rentrer on commence à avoir vraiment froid, heureusement que des dauphins se joignent à nous pour nous divertir et finir la boat party en beauté !

Mademoiselle M. n’a pas pu faire son dernier pipi, puisqu’une bagarre a éclaté et forcément elle se trouvait juste derrière (bonjour l’hématome). Elle n’a pas pu se retenir jusqu’à l’hôtel et a tenté de se cacher pour se libérer de cette souffrance, tout près de la plage. M’enfin y avait quand même pas mal de monde autour de nous, et seulement quelques branches de laurier derrière elle. J’ai donc pris le paréo transparent de Mademoiselle S. pour tenter de la couvrir un peu. Je pense vraiment que c’était le cadet de ses soucis. Quel fou rire ce pipi en place publique !!

On rentre donc toutes prendre une bonne douche chaude bien méritée, avant de se faire un dernier dîner dans un resto de tapas du vieux Ibiza. On se régale car on mourrait de faim (ça creuse une boat party). Mademoiselle S. qui est tombée malade une semaine avant de partir, a une grosse rechute ce soir-là avec des douleurs au bras qui se déclenchent. La pauvre a souffert en silence tout le séjour mais à ce moment précis, c’en était trop. Un doliprane et une pina colada plus tard et ça allait déjà un peu mieux.

On croise des enfants qui font la fameuse danse avec les bras (backpack kid), j’ai toujours voulu apprendre cette connerie, sans trop savoir pourquoi ! Je tends l’oreille, improbable je les entends tous parler français ! On s’y met donc tous et on rigole tellement. Je ne diffuse pas la vidéo pour protéger ses petites bouilles adorables qui nous ont appris la danse avec beaucoup d’enthousiasme et d’application !

Notre boat party nous assurait nos entrées au B12, une boîte de nuit de l’autre côté de la ville. Mais on était trop fracassées, surtout deux qui s’étaient mises une petite mine sur le bateau pendant les 3 heures de tour ! Retour dans nos chambres avec celles qui n’avaient pas encore sommeil.

Boat Party - Ibiza 2018

Jeudi 10 mai 2018

Dernier réveil, mon parfait EVJF à Ibiza se termine. Et là jamais la phrase : « toute bonne chose a une fin », n’a eu autant de sens pour moi. On se sent toutes un peu tristes, on prend notre dernier petit déjeuner de folie, et on file aux boutiques de souvenirs faire le plein de cadeaux (vraiment pas chers là-bas, bizarrement). On boucle nos valises, on commande des taxis et on fait nos adieux à Mademoiselle Lo. qui rentre chez elle, à Barcelone. Son avion est surbooké, mais elle réussi finalement à avoir une place heureusement ! 

On rentre toutes, vraiment très triste de lâcher cette bulle de bonheur. Heureusement que nous sommes attendues : une petite choupette pour Mademoiselle M. et Lo., et nos chéris ! Et après 15 jours de séparation avec Mister G. (il est parti en Martinique et à Saint Martin avant que j’enchaîne direct avec mon parfait EVJF à Ibiza), enfin les retrouvailles. On aurait dit un chat, tellement il me collait ! Un trop plein d’amour (on en profite quand même). On était vraiment heureux de se retrouver, je ne sais pas si c’est l’approche du mariage ou pas, mais on s’aime de plus en plus, en étant plus mielleux que d’habitude ! Ca vous fait ça, vous aussi ?

Depuis mon retour, heureusement qu’il y a le travail, le blog, le mariage, Mister G… J’ai vraiment du mal à atterrir, j’ai vraiment tout adoré de mon parfait EVJF à Ibiza. Je suis plus que reconnaissante à elles d’être venues, d’avoir tout pris en charge, tout organisé, avoir été dans un super mood et d’avoir autant profité que moi ! Il y avait des moments de folie comme des moments de repos. Au final, c’est tout ce que je voulais, dans un cadre idyllique, entourée des meilleures…

Ah, et cerise sur le gâteau : petit cadeau supplémentaire de leur part (parce que visiblement ce n’était pas assez). J’ai mon T-shirt « Call me Madame » ! Et un mot doux de leur part que je pense relire tous les ans !

Love,

3 autres articles que vous pourriez aimer :

2 comments

  1. Excellent témoignage, quel cadeau de tes amies !!!
    Nous essayons d’organiser un EVJF parfait à Ibiza aussi en ce moment 🙂
    Saurais-tu quel photographe tes amies ont booké pour le photoshoot?
    Merci 🙂

    1. Hello Alexia,

      Merci pour ton commentaire 🙂 Elles ont simplement pris un bon appareil photo et ont fait appel à leur propre talent !
      Bonne organisation à toi et à ta team, je suis certaine que la mariée va adorer !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *