13 astuces pour bien choisir sa maternité

choisir sa maternite bebe naissance grossesse maricouchetoila blog

Bien choisir sa maternité, ça prend du temps. En ce qui me concerne, j’ai mis plus de deux mois à choisir le lieu de mon accouchement. Je ne sais pas si c’est le fait d’avoir regardé tous les épisodes de Baby Boom, depuis des années, qui m’obsédait. Quoi qu’il en soit, j’ai tout de suite pris conscience de l’importance d’être bien accueillie, préparée et entourée pour l’arrivée de mon Bibou. Et si vous lisez ça (enceinte ou en projet bébé), c’est que ça vous importe aussi !

Voilà donc 13 astuces afin de bien choisir sa maternité. Si vous êtes superstitieuse, voyez ce chiffre comme votre porte-bonheur. Si comme moi, cela ne vous fait ni chaud, ni froid… bah tant mieux. C’est parti !

1) Distance entre la maternité et votre domicile

C’est bien connu, on nous dit souvent qu’il y aurait une différence sur le temps de travail, entre une première et une seconde grossesse (même troisième, quatrième grossesse…). Mais certaines nouvelles mamans peuvent quand même accoucher très rapidement ! Assurez-vous donc de ne pas habiter à 3/4 d’heure de la maternité que vous aurez choisie.

J’ai déjà échangé avec certaines d’entre vous qui me disaient que la maternité la plus proche était à une heure de route. Evidemment là, il n’y a pas grand chose à faire pour bien choisir sa maternité… Vous prenez la moins loin !

Pour les autres, même si l’une vous fait clairement de l’oeil, mais qu’elle est loin de chez vous… Ce serait dommage de finir par accoucher dans votre voiture pendant le trajet (si jamais vous avez des anecdotes à ce sujet, partagez-les en commentaires !).

2) Etablissement public ou établissement privé

En faisant des recherches, vous verrez que certains établissements privés sont TRES bien notés. Forcément, c’est tentant. Mais c’est aussi assez cher ! Ne leur fermez pas pour autant la porte, car sans le savoir, vous avez peut-être une mutuelle qui prend une bonne partie des frais en charge, voire la totalité.

Les dépassements d’honoraires les plus importants sont généralement sur la partie obstétrique et anesthésique. Il vous faudra aussi regarder le coût des séances avec le pédiatre (naissance et sortie), de même que le prix de la chambre individuelle, si vous souhaitez être seule. 

Le remboursement prévu par la Sécurité Sociale en 2018 se répartit ainsi : l’accouchement à hauteur de 313,50€ (pour une naissance unique), l’anesthésiste à hauteur de 209€. Aucune prise en charge n’est prévue sur les chambres individuelles, les chambres doubles étant gratuites. Voyez donc combien votre mutuelle rembourse les praticiens non adhérents au CAS/OPTAM, sur votre contrat.

Sachez qu’il y a également de très bons établissements dans le public, correspondant à ce que vous recherchez, et que les autres points ci-dessous vous aideront à les repérer… Car comme partout, il y a du bon et du moins bon dans les deux camps.

3) Niveau de la maternité (I, II ou III)

C’est un point sur lequel mon médecin de famille a insisté (mais je dois dire, elle est assez inquiète pour tout). La prise en charge après accouchement, si petit soucis sur la maman ou sur le bébé il y a (comme une détresse respiratoire par exemple), se fait en fonction du niveau de la maternité.

Je nuance mon propos en disant que si vous avez une grossesse normale du début à la fin, aucune raison a priori d’aller dans une maternité de niveau 2 ou 3. D’autant que les maternités de niveau 1 sont liées à d’autres établissements de niveaux plus élevés. Vous seriez rapidement transférée si problème il y avait. 

Si vous êtes inquiète, laissez-vous tenter par une maternité de niveau 2 (service de néonatalogie). Sachez que les maternités parisiennes de niveau 3 sont aussi beaucoup demandées par des futures mamans avec une grossesse normale, mais juste inquiètes. Voilà pourquoi ces maternités sont parfois un peu trop chargées… Bonne idée d’être trop prévoyante, donc ? Pas sûr !

4) Nombre d'accouchements par an

Evidemment, si vous êtes sur Paris ou dans une grande ville, le nombre d’accouchements sera forcément plutôt élevé dans la plupart des maternités. Mais entre 2500 et 5000 naissances par an, il y a quand même un sacré gap !

Ce n’est pas un critère déterminant, néanmoins si vous êtes très portée sur le contact humain et l’échange avec les professionnels de santé présents le jour-j… Vous aurez peut-être plus de mal à discuter et à créer une relation dans une maternité où il y a encore 15 accouchements derrière le vôtre…

Certaines maternités accueillant beaucoup de naissances, peuvent faire attendre les futures mamans en travail dans des conditions moins agréables que dans des plus petites. J’ai également eu des retours sur des méthodes d’accouchements un peu rapides pour libérer bébé, car il y avait du monde derrière. Rien de prouvé par le corps médical, ce sont simplement des retours d’expérience de mamans, sur leur accouchement.

5) Respect de votre projet de naissance

Accoucher dans l’eau, accoucher avec votre musique préférée dans la pièce, accoucher sans péridurale, et/ou vouloir allaiter et être absolument accompagnée, pour ne pas abandonner ?

Que vous en ayez conscience ou non, tout ceci fait partie de votre projet de naissance pour l’arrivée de votre bébé. Assurez-vous que les maternités soient équipées avec le matériel adéquat, et que le personnel sur place soit formé pour vous accompagner dans votre projet.

Par exemple, si vous souhaitez vraiment allaiter votre crevette, mais que vous avez peur de ne pas y arriver seule, tentez de savoir si la maternité accueille une sage-femme spécialisée en lactation !

6) Présence 24h/24 d'un anesthésiste, obstétricien et pédiatre

Là, si vous voulez mon avis, c’est un point INDISPENSABLE. Si vous souhaitez accoucher sous péridurale (car comme moi, vous êtes douillette et qu’il n’y a aucune hésitation sur le fait d’en vouloir une le jour-j) ; mais que vous arrivez à la maternité pour accoucher, un jour où l’anesthésiste arrive que dans plusieurs heures… Vous pouvez dire adieu à votre péridurale !

Pire encore, si vous avez un soucis pendant l’accouchement et qu’il n’y a que des sage-femmes, et pas d’obstétricien, ça peut rapidement devenir un problème. 

Bref, avant de choisir sa maternité, il faut s’assurer qu’un anesthésiste, un obstétricien et un pédiatre sont présents 7j/7 et 24h/24, pour vous accueillir, vous et votre baby chou, dans les meilleures conditions possibles !

7) Taux de la maternité (épisio, césarienne, péridurale...)

J’en vois certaines sauter des paragraphes pour arriver jusqu’ici… Et je le comprends très bien ! J’étais pareille… D’ailleurs dans mon fichier Excel (oui, parce que j’ai fait un fichier Excel pour bien choisir ma maternité), le taux d’épisiotomies pratiqué par les maternités était mon critère numéro 1 ! 

Néanmoins, après différents retours de médecin, cette pratique est de moins en moins monnaie courante, mais reste parfois nécessaire. En effet, certaines maternités veulent à tout prix baisser leur taux d’épisiotomies, pas toujours nécessaires mais ayant pourtant parfois pour conséquence d’importantes déchirures vaginales, qui seront souvent plus difficiles à cicatriser et douloureuses qu’une épisiotomie. Certaines sages-femmes et gynécologues/obstétriciens, essayent de préparer au mieux le périnée de la future maman (épino à partir de 24SA sous contrôle d’une sage-femme, vaseline pendant l’accouchement entre deux “poussez Madame !’, etc.). 

Concernant le taux de césariennes, ce ne devrait pas un critère déterminant pour vous. En effet, il est normal de trouver un taux pratiqué plus élevé dans les maternités de niveau 2 ou 3, lorsqu’il peut se présenter des détresses pour maman et bébé. Ou encore dans une maternité où l’on accueille des jumeaux, triplés, etc. où la plupart du temps, une césarienne est programmée.

Et si comme moi, vous souhaitez absolument une péridurale, choisissez une maternité qui a un taux supérieur à la moyenne nationale, à savoir environ 77% des accouchements !

8) Présence du papa au sein de la maternité (ou d'un accompagnant)

Le papa peut-il participer aux ateliers de préparation à l’accouchement avec vous ? Le jour-j, peut-il être toujours présent à vos côtés ? (Ou bien la deuxième maman, ou une personne qui vous est chère).

Le papa peut-il dormir sur place ? Croyez-moi, si l’accouchement est épuisant, vous n’aurez peut-être pas envie de rester toute la nuit seule avec votre crevette ! Un peu de soutien physique et moral est, je pense, totalement légitime. Renseignez-vous auprès de votre mutuelle sur la partie du remboursement du lit pour l’accompagnant. En moyenne, la nuit pour le papa est comprise entre 25 et 50€. Votre mutuelle peut prendre en charge, une partie ou la totalité, des nuits de l’accompagnant.

Le fait que Mister G. puisse rester avec moi et Bibou à chaque étape, me rassure totalement !

9) Ateliers de préparation à l'accouchement

La plupart des ateliers de préparation à l’accouchement peuvent se faire directement à la maternité. Cela peut vous permettre de repérer les lieux, vous habituer à venir à la maternité et à vous y sentir bien. Voyez également si le choix des cours correspond à ce dont vous avez besoin, et si le papa peut vous accompagner pour certains d’entre eux. 

Demandez aussi, en amont, à combien de personnes est limité chaque atelier. Il y a une grande différence entre 3 et 15 personnes. D’autant que, comme dirait une amie bientôt maman, les angoisses de certaines futures mamans, ne sont pas forcément les vôtres ! 

10) Prix de la chambre particulière

Si vous choisissez une maternité publique mais que vous souhaitez être seule dans votre chambre avec votre crevette, renseignez-vous sur le prix de la chambre individuelle. Vous n’aurez certes que cela à débourser, mais si vous restez 5 nuits, la facture peut vite monter ! Certaines mamans pensent trop tard au fait de partager les jours post-accouchement avec une autre maman qui peut avoir un bébé plus bruyant que le vôtre, ainsi que plus de visites de proches que vous… Pas toujours idéal pour se reposer !

Voyez donc si votre mutuelle vous rembourse la totalité de la nuit (Frais Réels). Ou si elle rembourse qu’un certain montant (entre 40 et 100€/nuit en moyenne). Par exemple, sur Paris, dans les maternités que j’avais pré-sélectionnées, la fourchette des prix se situait entre 60 et 150€ la nuit.

11) Confort de la maternité

Certaines d’entre vous ne seront pas trop regardantes sur la vétusté de la maternité et des chambres, mais davantage sur l’accompagnement par les sages-femmes et obstétriciens. En ce qui me concerne, il était important pour moi de trouver un certain confort dans la maternité après mon accouchement. Que ce soit par une salle de bain personnelle dans la chambre individuelle, un espace bain pour le bébé, la présence d’une nursery dans la maternité pour se reposer quelques heures (voire une nuit entière), et de bons repas variés…

J’ai eu certains retours de mamans qui ont eu de la soupe en plein mois d’août, pendant la canicule, et qui finalement commandaient des pizzas avec leur mari (j’aurais tellement fait pareil que vous les copains…Oui, je sais que vous me lisez <3). Certaines maternités peuvent être très bien, mais sont un peu moins regardantes sur la qualité des repas. Certaines engagent des diététiciens pour élaborer les menus pour leurs patients. A vous de voir si cela est un critère important ou secondaire pour vous.

12) Durée du séjour

Il y a beaucoup de maternités qui ont de l’affluence. Voilà pourquoi, certaines vous pousseront un peu vers la sortie au bout de 2-3 nuits… Si vous n’êtes pas encore prêtes à affronter votre sortie (fatigue, peur), ce serait dommage d’y être un peu contrainte (c’est ce qui était arrivé à ma mère, lorsqu’elle se remettait de sa césarienne). Renseignez-vous sur la durée moyenne d’un séjour dans la maternité qui vous fait de l’oeil. 

A l’inverse, si vous souhaitez un retour rapide à la maison, voyez si la maternité choisie propose le PRADO (Programme d’Accompagnement de Retour à Domicile après hospitalisation). Une sage-femme viendra vous rendre visite dès le lendemain de votre sortie. Et tout est pris en charge par la sécurité sociale !

13) Visites après accouchement

Vous voyez déjà vos parents, frères, soeurs, grands-parents, amis proches, cousins, voire vos collègues vous rendre visite… Pourtant, de nombreuses femmes enceintes regrettent après ces visites parfois trop longues et nombreuses qui les fatiguent et les empêchent de profiter de leur crevette avec le papa. 

Renseignez-vous auprès de la maternité que vous aurez choisie concernant sa politique de visites. Les enfants sont-ils admis ? (généralement non, seulement les frères et soeurs du nouveau-né). De quelle heure à quelle heure se font les visites, et pourquoi ? 

Certaines maternités serrent peut-être un peu la vis sur les heures et conditions des visites, mais ont des raisons justifiées de le faire, d’après leur expérience. Trouvez la maternité qui est en accord avec ce que vous désirez !

J’espère que ces 13 astuces vous aideront à bien choisir la maternité qu’il vous faut. Pensez à faire un top 3 de vos maternités préférées, de les comparer entre elles avec le futur papa, avant de faire votre choix. Parlez-en également à votre sage-femme, gynécologue ou médecin. Vous êtes peut-être suivie par un professionnel qui exerce aussi dans une maternité proche de chez vous !

Le point de vue de Mister G.

Quand je vois combien ma femme est sereine pendant sa grossesse, j'ai forcément envie qu'elle le reste. Mon envie, c'est surtout qu'elle ait un accouchement serein, à l'image de sa grossesse. Forcément, je veux ce qu'il y a de mieux pour elle, et pour accueillir bibou dans les meilleures conditions, dès sa première respiration ! Je voulais également avoir ma place dans une maternité où les papas peuvent être très présents.
mister g avis du papa échographie datation
Mister G.
Le futur papa

Love,

3 autres articles que vous pourriez aimer :

4 comments

  1. Coucou,
    Je me suis toujours dit que j’accoucherais là où je suis née car ma mère m’en a dit que du bien toute ma vie, donc je ne me suis pas posée toutes ces questions ^^
    Cette “maison de la naissance” demande une inscription dans le premier trimestre, donc il n’est pas possible de réfléchir 2 mois..
    Où as-tu eu toutes ces infos si précises ? Sur internet ou en téléphonant ?
    Merci,
    So

    1. Hello So, Concernant ces informations précises, cela concerne uniquement les maternités/hôpitaux et non les maisons de naissance sur lesquelles je ne sais pas grand chose malheureusement… Pour le reste, c’est le résultat de pas mal de recherches, mais aussi d’échanges avec les maternités 🙂 Renseigne-toi quand même sur la manière dont la maison de naissance en question à évoluer avec le temps. Certaines maternités très bien à l’époque de ma mère, se sont un peu dégradées avec le temps (manque d’effectifs, plus de monde qui veut y accoucher, etc), et inversement. Bonne grossesse à toi !

  2. En effet ce sont de bons critères à prendre en compte ! je suis à 21SA pour le moment et je compte accoucher à la maison.
    Pour celles qui sont dans le même cas : même si la maison est pour vous le lieu idéal de naissance, n’oubliez pas qu’il faut aussi penser à l’alternative hopital au cas ou il faut y aller pendant le travail.

    Pour moi, je fais mon suivi et accouchement avec une sage-femme à domicile et les échos avec mon gynéco, qui est pro AAD et respecte mon plan de naissance si jamais je dois me rendre à l’hopital, où elle fera mon acc. Elle connait bien la sage-femme qui me suit et collabore bien avec elle du coup elle peut rester à l’hopital avec moi pendant l’acc si il faut y aller.

    Pour le reste, même si j’accouche chez moi, l’hopital se trouve à 10 min en voiture et on va visiter l’hopital quand même pour y ouvrir un dossier au cas où, comme ça l’équipe sait qui je suis 🙂

    Merci pour ton article très complet !

    Chloé, sage-femme
    http://Www.naissancepositive.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.