Contrat de parentalité : la vie de couple après bébé

contrat-parentalite-blog-maricouchetoila-judith-photographe

Alors évidemment, pour écrire cet article il fallait que je me livre un peu sur ma vie personnelle. Que je dévoile un peu les travers de ma vie de famille, mais surtout de mon couple.

 
Je ne le fais pas de gaité de cœur, franchement je préférerais garder ça pour moi et continuer à vous montrer que tout va bien avec Mister G. Ce qui a été le cas depuis toujours jusqu’à l’arrivée de notre petit tempête d’amour.
 
Mais voilà. Vous êtes beaucoup trop nombreuses à rencontrer les mêmes difficultés dans votre couple suite à l’arrivée de votre enfant. Sachez juste une chose, c’est que vous n’êtes pas seules dans cette situation. Ne restez pas dans votre bulle de déprime (facile à dire), en vous isolant. ÇA ARRIVE À PRESQUE TOUT LE MONDE ! Incompréhension dans le couple, impatience, facilité à s’énerver, communication difficile (alors qu’avant vous vous disiez tout) : on supporte parfois tellement plus notre partenaire de vie que l’on songerait même parfois à la rupture !
 
Mais SURTOUT, Monsieur a du mal à comprendre qu’il a un enfant et s’en occupe seulement quand bon lui semble (en tout cas c’était un peu ça de notre côté), attend qu’on lui demande de changer la couche, jouer avec lui, le réconforter, préparer son repas, ranger ses affaires… Il n’a aucun automatisme et on a parfois l’impression qu’on a deux enfants à gérer. Et je ne vous parle même pas de la répartition des taches ménagères. À croire qu’on est faites pour tout gérer : la maison, l’enfant et le travail. On n’a plus de temps pour nous, notre vie a un rythme imposé par l’enfant. Et forcément, pas toujours envie de se rapprocher de quelqu’un qu’on ne comprend plus et qui ne fait visiblement aucun effort.
 
Ce contrat de parentalité n’a pas sauvé mon couple car il n’a jamais été autant en danger, mais il nous a permis de nous retrouver en tant que mari et femme, mais aussi chacun individuellement. Et ça… ça n’a pas de prix (lol) !
 
Je sais que pour certaines d’entre vous, vous êtes à bout et vous vous demandez vraiment si vous êtes finalement avec la bonne personne. Parfois, nos émotions prennent le dessus. Après tout, pourquoi étiez-vous avec cette personne, pourquoi avez-vous fait un enfant avec elle… Alors pourquoi ne pas penser à faire quelques ajustements, faire encore quelques efforts chacun de votre côté (en étant de bonne volonté), pour appliquer certains engagements dans votre quotidien de femme et d’homme, de parents, de couple ? En tout cas, ça mérite d’essayer, non ?

Quésaco un contrat de parentalité

Je l’ai inventé ! En fait, l’idée vient de la marraine de Bibou à qui je parlais de mes déboires par notes vocales (pas le choix, au delà du confinement, un océan nous sépare physiquement). Elle me dit qu’il serait peut-être bien de mettre à plat certaines choses et de rédiger à la mano des engagements que nous prendrions tous les deux, pour notre couple (ça, ça me parle). Et je suis persuadée à ce moment-là que ça plaira aussi à Mister G.

 
Suite à une énième prise de tête il y a quelques mois (la goutte d’eau étant de le voir aller jouer une énième partie de golf un après-midi, alors que je rencontrais deux assistantes maternelles pour Bibou : son sens des priorités me laissait alors sans voix). J’avais décidé d’attendre quelques jours avant de redescendre en pression (lorsqu’avant j’avais besoin de seulement quelques minutes). Nous avons fini par parler plusieurs heures une fois l’enfant couché. On a essayé de ne pas s’emporter, c’était très difficile. On était arrivés à un stade où on ne comprenait plus l’autre. Voire même à celui où les ressentiments de l’un importait peu à l’autre.
 
Finalement, je lui ai proposé un contrat informel entre nous, qu’il a tout de suite accepté : un contrat de parentalité. Ne me demandez pas pourquoi ce nom, ça m’est venu comme ça et c’est bien de cela dont il s’agit !

Trame de mon contrat de parentalité

À chacun sa trame, néanmoins je vous partage nos points clés pour que vous puissiez vous en inspirer et adapter le contrat à votre situation.
 

1) La répartition de la gestion de l'enfant

(Ah bah c’est un contrat, les termes sont peut-être peu humains mais ils sont clairs pour toutes les parties !).
 
Nous avons divisé cette partie du contrat en deux. Le matin et le soir. Chaque jour de la semaine, un jour sur deux, c’est à l’un de nous de « gérer » l’enfant le matin. Le dimanche c’est en famille. Facile, je ne travaille pas le vendredi du coup on a chacun une matinée libre (vendredi matin pour Mister G. et samedi matin pour moi).
 
On écrit qui lave/prépare le biberon (généralement c’est celui qui lui donne la veille). Qui prépare ses affaires pour le lendemain. Qui l’habille. Qui lui donne le biberon. Qui joue avec lui, etc.
 
Le soir, c’est la même chose au niveau de la répartition des taches mais pas d’alternance de jours. Nous préparons le repas à tour de rôle. Mister G. lui donne à manger, je lui donne le bain (devenu douche depuis ses 14 mois). Nous restons tous les deux avec lui jusqu’au coucher.
Quant à celui qui lui donne le biberon, c’est celui des deux qui généralement l’a moins vu de la journée (si nous n’avons pas les mêmes horaires de travail par exemple).
 
C’est tout bête hein, mais de se l’écrire et de le formaliser, ça change tout.

1) Le temps individuel de chaque parent

Celui-ci n’existait quasiment pas pour moi. Tout mon temps disponible était pour Bibou. Je compensais un peu l’absence de son père, qui avait pris l’habitude que je prenne le relais. J’avais donc l’impression qu’il était là juste pour le sermonner et ça me rendait furieuse. Bref.
 
Négociation entre les parties. Mister G. aurait moins de parties de golf (du moins moins longues), et moi plus de temps libre. Nous avons donc acté sur une demi journée de libre chacun par semaine (on laisse l’enfant à l’autre pendant ce temps). Lui fait son golf, moi ma sortie soin/resto/sortie. Chaque jour, nous aurions 15-30mn chacun (lui pour son sport, moi aussi ou pour mon bien être : séance de Perifit, bain, écriture, marche rapide…).

1) Le temps à deux

Cette partie est la plus difficile, car en fonction du degré de la situation, nous n’avons pas tous la même envie de « se retrouver ». Il faut simplement y aller petit à petit. Au départ, ça peut être commencer une série à deux. Être juste ensemble pour décompresser une fois que bébé dort (même un épisode de 20mn).
 
Avec Mister G., nous avons décidé de déjeuner au restaurant une fois toutes les deux semaines. Faire une soirée par mois. Passer une nuit en amoureux par trimestre. Tout ça sans Bibou évidemment. À vous de trouver le juste équilibre pour passer du temps ensemble (vraiment), sans que ce soit trop ambitieux par rapport à votre situation avec bébé.

1) Clôturer par une phrase d'engagement vis-à-vis de vous 3

Tout aussi importante que le reste, terminez de rédiger votre contrat en formalisant d’une phrase qui vous ressemble, ces engagements. Montrez ici toute la bonne volonté que vous avez à faire respecter se contrat. À vouloir améliorer votre quotidien. Monsieur se hâte de repartir sur de bonnes bases et de passer du temps avec son enfant, de mieux repartir les taches avec Madame. Et Madame acceptera d’être de nouveau à l’écoute, plus patiente et se concentrera sur les efforts de Monsieur, plutôt que tout ce qu’il lui reste à faire.

 
Soyez investis d’une mission : celle d’être la famille que vous rêviez d’être sur la durée ! Ne précipitez pas les choses, ça ne changera pas du jour au lendemain, libérez-vous simplement du poids que pèse la situation sur votre tête et pensez que si votre partenaire de vie le signe, c’est qu’il veut la même chose que vous !
 
Ici, on a plus qu’adapté le contrat. On est beaucoup plus souples, parce qu’on a retrouvé un équilibre et que cela nous correspond. Si un jour l’un de nous deux se plaint, on aura simplement qu’à relire notre contrat de parentalité !
Tenez-moi au courant !
 
Avec tout mon amour,
Ayline

3 autres articles que vous pourriez aimer :

4 comments

  1. Coucou, nous n’avons pas encore d’enfant mais je trouve cette idée de contrat de parentalité géniale! Ici nous sommes 2 filles les choses seront peut-être un peu différentes à l’arrivée d’un enfant (j’espère très fort enfait 😂) mais je vais garder sous le coude ton article!
    Gros bisous merci pour le temps que tu prends pour tes articles!
    Alicia

    1. Coucou Alicia, je trouve ça top de penser à l’avenir et d’être prévoyante ! C’est vrai que les hommes viennent de Mars et les femmes de Venus, mais globalement c’est surtout ce nouvel équilibre à 3 qui est difficile à gérer. L’une peut être plus rapidement fatiguée et donc sur les nerfs que l’autre. Quoi qu’il arrive, la communication est la clef ! Toujours, toujours 🙂 Gros bisouuuuus à toutes les deux <3

  2. Ayline si tu savais comme ton article me parle. J’en parlais justement hier avec ma belle soeur et ma belle cousine et j’aurais pu rédiger ton introduction de A à Z. Là, je suis soulagée de me sentir moins seule, et d’apprendre que ça peut arriver même aux meilleurs ! Je vais y réfléchir, et essayer de mettre un contrat en place également, j’espère que ça nous aidera comme ça vous a aidés !! Merci à toi !

    1. Coucou ma jolie, eh oui malheureusement c’est un peu tabou mais je me demande si on finit pas par être toutes concernées… Il faut simplement ne pas se conforter et éviter tjs le conflit. Parfois il faut un peu rentrer dedans. J’espère que le contrat pourra t’aider <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.