Just married : ma cérémonie laïque (Part 3)

cérémonie laïque officiant proche ebook mon mariage maricouchetoila cécile bellu photography

17h11. L’entrée du cortège

Entrée en scène. Je suis tellement possédée par différentes émotions, que j’en oublie que Mister G. ouvre le cortège, au bras de sa mère, et qu’il est donc juste devant moi. Ils sont suivis par son père et ma mère, nos quatre témoins, puis nos quatre couples de demoiselles et garçons d’honneur, et ma petite nièce en blanc qui lance des pétales de roses fraîches. Mon père et moi fermons la marche. Toujours sur cette musique électro-chill, que j’adorais et que je crois ne plus pouvoir piffrer maintenant… Si seulement certains prestataires étaient plus pro et LISAIENT LEUR FUCKING PDF, que j’ai mis deux heures à préparer, du reste.

Bon voilà, je m’égare de nouveau… Profitons du moment, après tout, je n’étais pas stressée, ce n’est pas là, maintenant, pour mon entrée à ma propre cérémonie laïque que je vais m’agacer. En plus, je suis belle. Bah si, quand même, faut le dire. A ce moment-là je ne pense pas avoir été aussi belle de toute ma vie. Je remercie d’ailleurs la Zumba, pour m’avoir aidé à obtenir ce corps de déesse… C’est assez époustouflant (ça va on rigole).

cérémonie laïque officiant mariage blog maricouchetoila chateau de reilly
Le cortège du mariage au Château de Reilly

J’entends notre officiante (la soeur de Mister G.) annoncer notre entrée : “Le papa de la mariée et Ayline”. Les gens applaudissent, en étant toujours debout… Pourquoi ils font ça ? Hey les gars, c’est pas un concert. D’ailleurs, était-ce vraiment la peine de faire autant de mystères à son futur mari sur sa robe, sa coiffure, son make-up, ses accessoires, son bouquet… Pour au final être découverte si rapidement, au beau milieu d’une foule debout qui applaudit ? … Bon oui, clairement ça en valait la peine.

Sauf qu’à cet instant précis, j’ai juste envie de dire à Mister G. : “Alors, alors ? Elle est belle ma robe ? Tu vois le devant, je l’ai fait modifier, on a ajouté de la dentelle de Calais pour ouvrir sur un décolleté. Et la coiffure, finalement les cinq essais en valaient la peine, tu ne trouves pas ?”. Mais bon, j’crois que le timing serait mal choisi.

17h14. Le début de la cérémonie laïque

Je découvre Mister G. qu’à mes derniers pas vers le saule pleureur, puisque finalement, la disposition de la déco de notre cérémonie laïque est plutôt bien pensée. Nos fauteuils Emmanuelle sont sur le côté. Je le vois debout, légèrement crispé et les larmes aux yeux. Sorry doudou, mais mon maquillage est tout frais, j’attends encore au moins cinq minutes avant de le bousiller ! Je le trouve beau, dans son costume beige. J’aperçois son noeud papillon qu’on a tant eu de mal à choisir. Bref, je le passe au scanner.

On se sourit comme si on ne s’était pas vus depuis six mois et puis on s’assoit sur nos fauteuils trop grands pour nous (mais bon, ils en jettent de ouf). Mister G. ne me lâchera pas la main de toute la cérémonie laïque.

cérémonie laïque officiant blog mariage maricouchetoila témoignage
Moi quand Mister G. m'a vu arriver à la cérémonie laïque.

Une fois tous assis, on peut commencer. Je n’ai aucune appréhension sur le déroulé de la cérémonie laïque. Il faut dire que j’ai passé des mois à la préparer, dégager une trame précise et détaillée, choisir l’officiant idéal parmi nos proches… Puis à estimer la durée globale, celles des interventions, choisir le rituel symbolique de notre choix, les musiques pour chaque moment clé, l’échange de voeux (recopié il y a à peine une heure, je suis d’accord), l’échange des alliances…

J’adore tellement organiser les choses, et écrire de manière générale, que j’en ai même fait un e-book pour les futurs mariés qui sont un peu perdus dans l’organisation de leur cérémonie laïque, et surtout du rôle de l’officiant (que doit-il faire, comment s’y prendre), si l’on décide de passer par un proche, plutôt qu’un professionnel.

17h17. Le premier discours

Mais revenons à nos moutons, et à ma cérémonie laïque plus précisément. Ma belle-soeur, qui avait ouvert notre cérémonie avant l’entrée du cortège, accueille maintenant la mère de Mister G. (c’est aussi la sienne d’ailleurs), pour le premier discours.

Ce dernier, même si tout le monde ne l’a pas bien compris, a une importance cruciale pour ce mariage. Il faut savoir que ma belle-famille (sauf Mister G.), est très croyante et pratiquante. Voir l’un de ses enfants faire le choix de ne pas se marier à l’église, fut pour elle difficile. Néanmoins, nous n’avons jamais eu de remarque, pour nous faire part de leur déception.

Pour moi, la cérémonie laïque, malgré le nom qu’elle porte, doit avant tout ressembler aux mariés. Et même si nous ne sommes pas croyants, il était important pour nous qu’elle soit à notre image, et à celle de notre famille. Nous avons donc demandé à ma belle-mère de nous lire quelques passages de la Bible, de son choix.

Je ne sais pas si c’est l’émotion du mariage, ou bien du passage qu’elle a choisi (ou peut-être bien les deux), mais elle s’effondre. Je détourne volontairement la tête et me concentre pour ne pas craquer. Ca ne fait que trois minutes de cérémonie laïque… Je me dis que si je commence maintenant, je ne vais plus pouvoir m’arrêter. Surtout qu’après, un autre discours important arrive, celui de Mademoiselle S. Même si elle n’a pas réussi à aligner deux mots au mariage de son frère, et qu’elle appréhende beaucoup pour le mien, je sens qu’elle va y arriver et qu’elle a très envie d’aller jusqu’au bout.

17h21. Le deuxième discours

Forcément, son discours est poignant, elle sait trouver les mots justes. Dire des choses que l’on ne formule pas toujours en temps normal. Je me suis souvent dit, si le mariage était un budget considérable pour nous, il n’en reste pas moins rentabilisé entre les différents moments que l’on partage avec nos proches : les fiançailles, les dîners entre les deux familles, les EVJF et EVG, les moments shopping, les discussions de groupe WhatsApp interminables, et puis aussi ce genre de moments-là. Celui que je vis avec Mademoiselle S. actuellement.

Elle lit un peu tremblante son papier dans une main, le micro dans l’autre. Elle me regarde souvent, et moi je ne peux m’empêcher de la fixer, comme si tout l’amour que j’avais pour elle, avait décidé de se révéler maintenant. Elle est belle, et ce qu’elle dit est vrai. On a vécu tellement de choses, même les moins bonnes nous ont conduites à cette relation saine et stable que nous avons construite aujourd’hui. Je sens la main de Mister G. se resserrer sur la mienne à chaque fois que Mademoiselle S. évoque un souvenir émouvant, ou a une parole particulièrement touchante. Comme pour me soutenir, mais aussi pour me dire : “tu peux lâcher prise, c’est ton moment. Vis-le entièrement, sans retenue”. Je pleure. En silence, oui, mais je pleure. Je sens mon maquillage s’agripper à toutes les larmes chaudes de mon corps, pour couler ensemble le long de mes joues.

cérémonie laïque officiant maricouchetoila blog mariage bride pleurs
Moi pendant le discours de Mademoiselle S.

Et c’est ça, pour moi, le mariage. Ce n’est donc pas qu’une histoire d’amour sur laquelle on ajoute un nouveau chapitre. C’est aussi en écrire un autre avec tous nos proches et les voir comme on ne les avait jamais vus avant.

Et puis, Mademoiselle S. soupire, dit qu’elle ira jusqu’au bout cette fois et termine son discours, debout, et fière, sans aucune larme (ou presque). Je me précipite vers elle, impossible pour moi de passer à autre chose sans lui faire un câlin. Comme pour lui transmettre tout ce que je n’ai pas pu lui transmettre par le regard. Je la prends dans mes bras avant de lui glisser un petit mot doux : “tu me dois 80€ pour le maquillage, meuf”. Elle rit. Je la regarde en souriant, et la remercie pour son magnifique discours.

Mes demoiselles d’honneur me précisent non seulement que j’ai du noir partout sous les yeux (prévisible), mais qu’en plus j’ai une grosse tache de fond de teint sur la bretelle de ma robe (moins prévisible). J’essaye tant bien que mal de m’essuyer le noir des yeux, en revanche pour la robe, il n’y a rien que je puisse faire maintenant. Elle aussi elle aura duré que trois minutes !

17h25. Le rituel symbolique

J’ai à peine repris place que l’officiante nous demande de nous lever pour poursuivre la cérémonie laïque avec le rituel symbolique. Nous avons préféré celui des rubans, car il était indispensable pour nous de faire participer les invités, parfois même sans les prévenir en amont. Il y avait 13 rubans de couleurs différentes, avec chacun une signification (les valeurs, le succès, la sincérité…). Nous avons choisi des personnes de notre entourage qui, pour nous, incarnent ces valeurs. Une fois appelé, chaque invité se lève, nous noue le ruban à nos poignets et nous embrasse en nous glissant un petit mot doux.

Comme j’ai préparé seule la cérémonie laïque, je savais à quelles émotions m’attendre (enfin à peu près). En revanche, pour Mister G., c’était la surprise. Il s’est laissé dépassé par le rituel. Qu’on se le dise, il l’a adoré. C’est juste qu’il ne pensait pas que ça allait provoquer chez lui de telles émotions. Nos amis et familles se suivent les uns après les autres. Parfois nous entendons des :”Ah, c’est moi ?”. Oui, mon cher, c’est toi.

Mademoiselle Lo., (présente à mon EVJF à Ibiza, vous vous souvenez ?), s’approche de nous avec son ventre déjà bien arrondi, en nous disant : “je pensais que vous m’aviez choisie pour le mot “fertilité”. On explose de rire, et on redescend un peu en pression. Je vois bien que Mister G. a autant d’émotions quand ce sont mes amis, que les siens. Et c’est ça que j’aime le plus, je crois.

 Et puis, c’est le tour d’une de ses amies d’enfance. Rien qu’en la voyant s’approcher, il craque. Le symbole de nous lier les mains est fort, car il signifie aussi que nos invités ne sont là pas seulement en tant que spectateurs de notre union, mais en tant qu’acteurs. Ils participent en nous aidant à nous inspirer de chacun d’eux, pour construire notre famille à nous.

cérémonie laïque officiant maricouchetoila blog where are you invités
Moi quand je regarde qui est en retard à ma cérémonie laïque

En appelant une ou deux personnes, on constate des absents à la cérémonie laïque. Je me dis qu’ils sont probablement en retard, après tout, c’est monnaie courante à un mariage. Le rituel se termine, par la suite on nous dira qu’il était très beau et émouvant. Certains ont été surpris d’être appelés, mais vraiment honorés. D’autant qu’aucun travail de préparation était nécessaire pour eux.

17h34. Echange des voeux des mariés

On enchaîne sur l’échange de nos voeux. J’ai préféré que le plus émotif de nous deux, susceptible de s’effondrer en écoutant le discours de l’autre, commence par le sien. C’est donc moi qui me lance (surprenant, hein). Je suis plutôt confiante, je parle assez fort (je crois), et sans trembler ni des mains, ni de la voix.

Et puis, je lui dis quelque chose qui me tient à coeur parmi les raisons pour lesquelles je l’aime tant. Il est le seul qui m’ait jamais autant donné l’envie de m’engager. Moi, la flippette de service, trop peureuse de devoir devenir dépendante d’une autre personne que moi-même (tant que je n’ai pas d’enfants, du moins). A ces mots, je craque. Mais je pense que je dois en avoir marre de défoncer mon make-up, et d’avoir un peu perdu le contrôle de mon corps, puisque je me mets à rire pour contenir mon émotion. Mister G. est ému, sourit sans cesse, le regard humide.

Son tour est plus violent finalement, pour lui-même ! Il craque au moment de me dire que je suis la femme de sa vie (pourtant c’est cliché, on est d’accord). Il s’effondre tellement que je ne le reconnais plus. Ni dans l’expression de son visage, ni dans la voix, ni dans la façon qu’il a de se détourner de moi pour se reprendre. Quelques encouragements de ses copains, et il repart sur sa lancée.

Je suis hyper émue, c’est un peu trop tout ça pour moi. Ma famille, mes amis, SA famille, SES amis. Les prestataires autour de nous, Angelina qui a pris le temps d’assister à la cérémonie et qui se fait discrète non loin du DJ. Bah si, il est toujours là celui-là… Au moins, les micros fonctionnent bien, et il a su mettre les bonnes musiques au bon moment (pour l’instant).

17h42. Echange des alliances

Notre officiante adorée, a préparé de belles paroles à échanger, pour Mister G. et moi. Si je lui ai préparé une trame détaillée, je voulais quand même qu’elle choisisse quoi dire et de la façon dont elle le voulait. On voulait l’impliquer à ce point et elle a été parfaite.

Mister G. répète en premier les trois ou quatre phrases prononcées par sa soeur, l’officiante. On se regarde dans le blanc des yeux, sans jamais s’arrêter. Sans doute la seule fois où l’on éprouve aucune gêne à se regarder aussi longtemps en souriant, et tout ça le plus naturel du monde.

L’alliance lui va, ouf, son doigt n’a pas gonflé. Je répète les mêmes phrases, je butte au même endroit que lui, sa soeur fait un lapsus sur “tu peux mettre le doigt” au lieu de ” tu peux mettre la bague au doigt” (classique). On rigole, mais le moment est magique, alors tout le monde reprend ses esprits. Elle nous annonce mari et femme, on s’embrasse et là… !!! Bah le DJ oublie de mettre notre chanson. La loose totale ce DJ, il attend au moins 10 secondes avant de nous mettre la chanson. Juste le temps qu’il faut pour que le soufflé retombe quoi. Un conseil, prévoyez le lancement de la musique à partir du bisou ! Bon, perso on lui avait dit en RDV Skype et c’était écrit sur ce FUCKING PDF, s’il ne l’avait pas lu qu’en diagonal.

17h47. Sortie des mariés

Pas grave (enfin, on fait comme si), on sort sous les applaudissements et je peux de nouveau embrasser mon mari ! C’est le moment où on se prend dans nos bras, où on débriefe et on pose des questions un peu con, du style : “Je suis belle ? Tu aimes ma robe ?”. Comme si on pouvait bien nous répondre par la négative aujourd’hui quoi…

Les invités font la queue pour nous embrasser, nous féliciter, nous complimenter sur notre apparence mais surtout sur la cérémonie laïque. Pour beaucoup c’était leur première, et ils ne savaient pas du tout à quoi s’attendre. Ils ont été agréablement surpris et ont adoré la présence de ma belle-soeur pour endosser le rôle de l’officiant.

On fait quelques photos, le bar à eaux se vide et je file dans ma chambre tenter de retirer le grosse tache de fond de teint sur ma robe de mariée…

(Suite et fin au prochain article…)

Love,

3 autres articles que vous pourriez aimer :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.