Le bain de Sonia Krief à l’Espace Natal

le bain de sonia krief - maricouchetoila - blog maternite - grossesse - naissance- accouchement

Hier midi, Mister G. et moi avions rendez-vous à l’Espace Natal pour Andrea, afin qu’il profite du bain de Sonia Krief. Une heure et demi de pur bonheur pour notre fils, mais aussi pour nous. Je vous raconte comment s’est déroulée cette séance, et ce que ça nous a apporté à tous les 3…

Le bain de Sonia Krief, quésaco ?

Je n’étais même pas enceinte que je pensais déjà à faire le bain de Sonia Krief, auxiliaire en puériculture, pour mon futur enfant. Vous avez dû, comme moi, tomber sur les nombreuses vidéos qui circulent de ces bains, où les bébés sont tellement détendus qu’on les croit dans un autre monde. Et pour cause.

L’idée du bain de Sonia Krief, c’est de recréer cette bulle de sérénité dans laquelle était bébé, dans le ventre de maman. Certains bébés n’ont pas eu l’occasion de vivre un moment privilégié avec la maman lors de leur rencontre, en raison d’un accouchement difficile par exemple, ou d’une césarienne un peu pénible. Ce bain est comme une renaissance pour bébé, il permet de créer ce lien magique, après un moment de détente absolu. Voilà un petit reminder de ce que réalise Sonia, avant de vous partager notre propre expérience.

C’est donc Sonia Krief, qui est à l’initiative de ce fameux bain. Elle l’a d’ailleurs déposé et forme régulièrement des professionnels. Il est tellement spécifique (immersion presque complète de bébé dans l’eau), qu’il ne peut pas être réalisé par n’importe qui.

L'attente, avant la fameuse séance.

Andrea a donc profité du bain de Sonia Krief, trois semaines après sa naissance. Au départ, il était même prévu une semaine plus tôt. Malheureusement, l’allaitement maternel ayant été compliqué au départ pour moi (je vous en parle très bientôt), et Andrea ne prenant pas suffisamment de poids, la conseillère en lactation de ma maternité a jugé nécessaire de reporter la séance. Les bains, selon elle, prennent pas mal d’énergie et elle préférait que nous nous concentrions sur l’allaitement. Le temps qu’il se mette bien en route.

Cela fait donc une semaine que Mister G. et moi attendions ce moment avec impatience. Je l’ai tellement bassiné avec le bain de Sonia Krief, que c’est toujours lui qui donne le bain à Andrea (eh non, je n’ai pas encore donné une seule fois le bain à Bibou…Pour l’instant, j’aime que ce soit le moment privilégié père-fils, d’autant qu’ils adorent ça tous les deux). Il a donc regardé toutes les vidéos de Sonia, et a fini par parler de la même façon à Andrea, qu’elle a de parler aux bébés pendant les bains. 

Ainsi, il lui explique tout ce qu’il fait : “là on va entrer dans l’eau, ça va te faire du bien“, “je vais te retourner pour laver ton petit dos“, “regarde comment on est bien ensemble“… Bref, il a toujours ce discours positif, bienveillant et doux, qu’il a appris des vidéos de Sonia Krief.

Autant vous dire donc, que nous sommes arrivés avec vingt bonnes minutes d’avance au rendez-vous. Une fois en salle d’attente, nous étions excités à l’idée de la rencontrer et de vivre une expérience inoubliable. 

La rencontre avec Sonia Krief

Elle nous accueille dans l’une des pièces de l’Espace Natal, dans le XVIe arrondissement de Paris. La pièce est décorée comme une jolie chambre de bébé. Les couleurs pastels des murs et de la déco invitent au bien-être et à la détente, tout comme la chaleur de la pièce. Les lumières sont tamisées, une musique de relaxation résonne doucement, je me sens tout de suite détendue. Je regarde Mister G. et on se sourit. Bébé, lui, est profondément assoupi. 

Avant tout, Sonia souhaite faire connaissance avec nous trois. Je prends Andrea dans mes bras, et avec Mister G. nous nous asseyons sur une petite banquette adorable. En face de nous, Sonia nous demande comment on va, comment mon accouchement s’est déroulé. Je lui explique aussi que l’allaitement a été très compliqué à mettre en place, que j’en pleurais jour et nuit. Et que ce n’est toujours pas, aujourd’hui, un moment très agréable pour moi, ni fort en complicité pour nous. Elle me félicite lorsque je lui dis le poids qu’Andrea a pris depuis la naissance, et me réconforte en me disant que maintenant, tout a l’air d’être mis en place. Que parfois, ça prend un peu de temps tout ça. Qu’il y a simplement les pics de croissance qui seront difficiles maintenant (à 3 et 6 semaines, puis à 3 et 6 mois), mais que si on le sait, on tient bon le peu de temps que ça dure…

On continue de discuter un peu, Mister G. lui raconte combien il aime lui faire prendre le bain. Elle s’émerveille, car elle apprécie particulièrement les papas qui prennent le temps d’avoir leur moment privilégié avec leur bébé. 

Et puis, à un moment donné, Andrea sourit. Un sourire qui, à chaque fois, fait fondre mon petit coeur. Je dis à Sonia que je sais que c’est juste un réflexe, que c’est trop tôt pour avoir un vrai sourire, mais que ça me fait quand même plaisir. Elle me dit que non, qu’elle, elle y croit. Que de toute façon, s’il fait ça c’est que forcément il se sent bien. Et que finalement, pourquoi ne pas y croire ? Si ça nous fait du bien ! Comme ça, juste par ces simples mots, elle m’a rendu heureuse !

Le moment magique du bain est arrivé.

Assez bavardés, Sonia se lève et récupère Andrea délicatement. Je ne sais pas de quelle façon elle réussit à le prendre, mais cela paraît tellement naturel pour elle et pour lui. Alors que moi, quand je le tiens, il a toujours la tête qui retombe lourdement d’un côté, ou la poitrine compressée. Bref, j’apprends lentement mais sûrement à être maman ! 

Le seul fait de le voir dans ses bras, ça m’émeut. Je sens que j’ai envie de pleurer, mais je me trouve ridicule et me reprends pour ne pas craquer. Sonia allonge Andrea sur le matelas à langer, et retire son petit pyjama Petit Bateau, tout en lui parlant calmement. Mister G. et moi nous mettons en retrait, c’est comme si c’était leur moment à eux. D’ailleurs, on entend à peine ce qu’elle lui dit. On comprend qu’elle lui explique ce qu’elle fait, et ce qu’il va vivre grâce à elle. 

Elle l’enroule autour d’un joli lange Aden&Anaïs, puis le plonge délicatement dans le bain, qu’elle avait commencé à faire couler quelques minutes plus tôt. Andrea est de nature calme, c’était donc pas très compliqué de le voir paisible… Mais à ce point, c’était quand même quelque chose à voir. Je pense alors à toutes ces femmes qui ont un bébé un peu stressé, qui sont elles-mêmes fatiguées et parfois désespérées… Je me dis que cette séance devrait être prescrite par la sécurité sociale ! 

le bain de sonia krief maricouchetoila blog maternité grossesse
Le Bain de Sonia Krief - Espace Natal

Mister G. et moi, un peu en retrait, nous nous regardons avec beaucoup d’amour. On est les seuls à savoir ce qu’on ressent en ce moment. Savoir qu’on offre ce moment de bien-être à notre bébé n’a pas de prix. On ne s’attendait pas à un moment aussi précieux. Nous nous embrassons et nous sourions, en regardant Andrea être aux anges…

Sonia continue de lui parler, de lui dire qu’il est beau, qu’il s’en sort très bien, et que c’est lui qui décide où il souhaite aller… Elle le balade dans l’eau, parfois même, le tient qu’à deux doigts au niveau de la tête. Il flotterait presque notre petit bout. Seul son nez sort de l’eau, et pourtant, il adore, je le sens. Il relâche tout son poids sur la main de Sonia. Comme s’il lui faisait entièrement confiance.

Parfois, Andrea crie. Jamais bien longtemps, ça ressemble à un spasme. Sonia nous dit que c’est certainement une gêne au niveau de son sytème digestif. C’est une douleur qui repart aussi vite qu’elle est arrivée. D’ailleurs, il ne peine pas à se relaisser complètement aller lorsque le spasme est terminé. 

Le bain arrive à sa fin, Andrea fait des petits bruits de bouche, il a certainement faim.

lebaindesonia-maricouchetoila-blog
Le bain de Sonia Krief pour Andrea - Espace Natal

Petite pause allaitement, et grande révélation.

Il est 13h30, la dernière tétée a été faite il y a presque 3 heures maintenant. Je ne sais pas pourquoi je me sens gênée “d’interrompre” la séance pour nourrir mon fils. Mais visiblement, je suis la seule à l’être ! Sonia m’installe sur la banquette, m’apporte un joli coussin d’allaitement. Et comme une mère le ferait, me prépare tout, pour que la mise au sein soit la plus facile pour moi. 

Andrea est nu dans sa serviette, elle me le pose dans les bras. En position Madone. Je suis surprise de la rapidité avec laquelle on se trouve lui et moi. Sonia retrousse juste sa petite lèvre inférieure pour pas qu’il me fasse mal. Et c’est parti pour une tétée de vingt bonnes minutes. C’est la première fois que je me sens aussi bien en allaitant. Non seulement je n’ai aucune douleur, même pas un tiraillement ou un pincement sur le mamelon… Mais en plus, avec mes mains libres, je me surprends à vouloir le toucher, à prendre le temps de l’admirer. 

J’ai presque envie de pleurer (encore). Je repense à ces trois semaines de galère d’allaitement, et je le compare à ce moment complètement hors du temps. Je voudrais qu’il dure toujours. Et là, je comprends enfin l’intérêt de m’être battue pour allaiter… C’est très difficile, ça prend beaucoup de temps, mais après, c’est juste le bonheur.

Sonia me demande si la nuit, j’arrive à allaiter allongée. Je lui réponds qu’au début j’y arrivais, mais que maintenant on se trouve plus. Je lui dis cela comme si c’était une fatalité, et qu’il ne peut plus en être autrement dorénavant. Et le positivisme de Sonia va m’envahir petit à petit. Elle me dit qu’il faut réessayer. Que ce qui ne marchait pas, peut maintenant fonctionner. (Effectivement, le soir même j’essayerai, et ça fonctionnera !). Avec Andrea si apaisé, qui tète sans soucis, je me dis que tout est possible finalement. 

Elle m’encourage à mettre ma main sur son dos, à le caresser, l’admirer… A la maison, j’avais qu’un seul objectif : nourrir l’enfant. Le plus vite possible. Là, il n’a même pas de couche. Je me dis s’il décide de se laisser aller… Sonia me dit, en toute logique, que la serviette éponge est faite pour ça. Eh oui… Pourquoi je ne le fais pas à la maison ? Pourquoi je ne prendrais pas ce temps pour passer un moment privilégié avec mon bébé ? Pourquoi ne pas faire comme on a envie de faire, après tout ?

 Mister G. me regarde et aime nous voir si apaisés tous les deux. Lui qui, impuissant, m’a vu pleurer et crier de douleurs depuis le début de l’allaitement. Cette petite pause allaitement est une révélation pour tous les trois, on dirait.

Un doux massage pour clôturer la séance

Une fois Bibou rassasié, Sonia le récupère pour un massage bien mérité. Une huile de massage bio, naturelle (Skinhaptics), et qui sent divinement bon, et c’est parti pour un moment câlin. Je me fais la remarque qu’Andrea n’est jamais aussi calme pendant le change. Qu’il est quasiment impossible pour moi de le masser, puisqu’il hurle dès qu’il est déshabillé. Elle m’explique qu’il faut lui parler, lui tenir chaud, et y aller doucement. C’est d’ailleurs ce qu’elle fait, et il se sent terriblement bien, même s’il est réveillé maintenant. Sonia lui masse ses petits pieds, ses mains, ses bras, son ventre, son dos… Lui met une goutte d’huile sur le nez pour lui faire sentir.

Je lui demande si on peut répéter ces mouvements à la maison. Et une fois de plus, le positivisme et la simplicité de Sonia s’exprime : “Il n’y a pas besoin de prendre de cours, lancez-vous ! Vous savez ce qui est agréable pour lui. Prenez le temps de vous connaître. Que ce soit pour le bain, l’allaitement ou le massage, il faut lâcher prise. Si ça vous fait du bien et que ça fait du bien au bébé, c’est tout ce qu’il faut savoir !“. Bah oui… en fait ! C’était pas plus compliqué que ça.

En sortant de là, Mister G. et moi avons l’impression d’avoir vécu une thérapie de couple et Andrea un moment spa de luxe ! En regagnant la voiture, on débriefe de l’expérience qu’on vient de vivre. On prend une décision, suite à notre échange magique avec Sonia Krief. Ce qu’il y a de mieux pour Andrea, il y a que nous qui le sachions, finalement… Nous décidons de lâcher prise, et de se détacher petit à petit de tous les “il faut que“, qu’on a pu nous apprendre et qui nous frustrait pafois un peu…

le bain de sonia krief massage espace natal maricouchetoila blog
Le bain & massage de Sonia Krief - Espace Natal

L'avis de Mister G.

Je savais que j'allais voir mon bébé détendu pendant cette séance, mais je n'imaginais pas à quel point. C'est vraiment une expérience incroyable qu'on a vécu tous ensemble. Permettre à son bébé de revivre ce bien-être, tout en pouvant en être témoin cette fois (ce qui n'était pas le cas dans le ventre de sa maman), ça n'a pas de prix...

L'état d'esprit de Sonia est incroyable, elle n'a cessé de tout ramener vers le positif. Elle a su nous rappeler de profiter de chaque instant et surtout, de se faire plaisir. Ce n'est pas juste apprendre à donner un bain à son bébé, ou apprendre à le masser qui importe ; mais plutôt d'apprendre à vivre un moment privilégié avec lui...
mister g avis du papa échographie datation
Mister G.
Le papa d'Andrea

Mon conseil : offrez ou offrez-vous le bain de Sonia Krief pour votre bébé. Ajoutez-le sur votre liste de naissance, vos proches seront plus qu’heureux de vous offrir ce moment privilégié ! Pour prendre RDV avec Sonia Krief, cliquez ici

Sonia a beau avoir fait des milliers de bains à des bébés, elle est tellement passionnée et subjuguée par chaque poupon qui passe entre ses mains, qu’on dirait qu’avec nous, elle réalise son tout premier bain !

3 autres articles que vous pourriez aimer :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.