Ma grossesse au 7ème mois : comment je me sens

ma grossesse au 7ème mois - blog maternité- maricouchetoila - bola grossesse

Avec tous nos échanges sur Instagram, j’ai réalisé à quel point nous ne vivions pas du tout notre grossesse de la même façon. Je ne le répéterai jamais assez, mais il n’y a pas de bonne ou de mauvaise manière de la vivre. J’en suis à mon 7ème mois de grossesse, et globalement je peux dire que tout va très bien, et je suis très heureuse. Bien sûr, il y a quelques petits maux ici ou là, mais en y pensant bien, j’en avais aussi avant de tomber enceinte. Comme tout le monde ! Ce qui est difficile c’est quand plusieurs maux se cumulent… Et à différents degrés.

Aujourd’hui, je parlais avec une future maman qui m’exprimait ses nombreuses angoisses face à la grossesse. Comme la peur de perdre son bébé, d’attraper un virus ou une maladie pendant la grossesse, être stressée à l’idée de ne pas être prête à l’arrivée du bébé… On peut trouver tellement de choses sur le net, ou par les retours d’expérience de copines, des applications de grossesse, des professionnels de santé, etc. Moi aussi, j’ai eu très peur d’un peu tout ça, notamment avec le cas de la toxoplasmose (que j’abordais ici).

Suite à cela, j’ai pris beaucoup de distance avec le ressenti et les avis de chacun. Pour moi, mais surtout pour Bibou. Et puis, à vrai dire, je n’avais plus du tout de stress en stock, ni de peur en réserve. J’avais tout consommé !

Le début de mon troisième trimestre de grossesse

Je l’aurais presque oublié, mais c’est mon gynécologue, Docteur Grégory Akerman (que je ne cesserai de vous conseiller si vous cherchez un excellent professionnel sur Paris), qui m’a rappelé que ça y est, j’entrais dans mon troisième trimestre de grossesse. 28SA, déjà. Et un ventre très (trop apparemment) arrondi, avec au compteur 28cm. 

Je ne sais pas pour vous, mais dès que je suis entrée dans mon 7ème mois de grossesse, des petites choses ont changé. Comme si, le corps et l’esprit s’accordaient pour passer à l’étape supérieure ! Je m’explique, dès la fin de mon premier trimestre pile poil, la fatigue s’est évaporée comme par magie. La libido est revenue en flèche (là encore, propre à chacune), et l’appétit aussi.

Un ventre plus encombrant et qui secoue plus

Eh bien, c’est la même chose pour le dernier trimestre. Le ventre commence d’un coup à peser son poids, et je mets ma ceinture physiomat pour les longues marches. Même si au bout d’un moment, elle me serre et je me sens libérée en la retirant. 

Mister G. a une nouvelle tâche désormais : mettre mes chaussures (en fonction du pantalon de grossesse que je porte). Certains m’empêchent carrément de me plier en deux, du coup il est de corvée ! Même si je n’ai pas vraiment l’impression que ça le dérange, bien au contraire. Du coup, j’en profite pour lui demander la télécommande sur la table quand il est à l’autre bout de la pièce (bah quoi… chu enceinte, faut bien profiter un peu).

Il y a aussi Bibou qui se découvre visiblement une passion pour le karaté en s’agitant du matin au soir. Je crois même pas cerner des pics d’activité… C’est un peu toute la journée en ce moment.Alors, on peut pas dire que ça fasse mal, que ce soit douloureux. C’est juste… un peu étrange quoi ! Ca surprend un peu en fait, et je n’arrive pas à marcher tant qu’il n’a pas terminé sa figure d’art martial. Mon corps ne se coordonne pas bien je crois ! Mais on ne va pas se mentir, c’est plutôt rassurant et sympa, comme sensation 🙂

Une digestion altérée

Et puis un constat implacable, le lien entre la crème fraîche dans mon dîner (généralement en quantité abondante, je l’avoue), et les remontées acides. Alors ça, autant vous dire que c’est DEGUELASSE. Ca remonte petit à petit le long de votre oesophage, tout en brûlant tout sur son passage, pour finir en apothéose avec un petit goût acide au fond de la gorge. Autant vous dire que cumulé avec un mal de ventre (oui, ce soir-là j’ai “légèrement” abusé du gratin de pâtes, que voulez-vous, je suis parfois faible), la nuit a été courte ! On m’a prescrit du GAVISCON, qui apparemment fonctionnerait très bien. Je n’en ai pas pris, puisque j’en ai plus (j’ai compris, plus de crème fraîche au dîner le soir), mais je le garde sous le coude au cas où !

J’en ai parlé avec ma diététicienne, Angélique, de chez Maïa Baudelaire. Concrètement, au dernier trimestre, Bibou a moins de place donc repousse tous les organes vers le haut, dont l’estomac (et les intestins, ça aussi c’est sympa, attendez je vous raconte après). Il faut donc séquencer les repas pour manger moins lourds. Garder une position assise le temps de digérer convenablement. Et puis éviter certains aliments le soir, comme les poivrons, les tomates, les aliments gras ou épicés, le soda… 

Je vous parlais des intestins un peu compressés par le bébé, ce qui entraîne une petite perturbation de la digestion parfois, mais rien de grave. On peut donc être constipée pendant 3 jours avant que ça revienne d’un coup (ne vous plaigniez pas trop hein, je ne rentre pas trop dans les détails justement !). Buvez beaucoup d’eau (Contrex, Courmayeur ou idéalement Hepar, même si elle est dégueue). Pendant les collations, mangez des noix/noisettes/amandes, pour le magnesium, qui relâche les intestins et et facilite la digestion. Et puis à table, favorisez les légumineux (lentilles, pois chiches, haricots coco…). En revanche, si c’est l’inverse et que vous avez tendance à avoir la diarrhée, visez les pâtes, riz, pommes de terre en évitant les produits laitiers. 

Un sommeil perturbé

Je ne peux pas dire que je dors mal, au contraire, c’est le pied. En revanche, je dors différemment… Déjà parce que j’ai rarement sommeil avant 2h du matin. Mais aussi parce que j’ai trouvé une nouvelle façon de gratter un peu de dodo : les siestes. 

Mais attention, on ne parle pas ici des micro-siestes de 15min comme le fait Mister G. Non, je ne sais pas faire ça ! Moi ce sont des siestes d’une durée d’1h à 2h30. Je me sens tellement bien après ça ! Et finalement, c’est ce qu’on s’est dit avec Mister G. La date fatidique de l’arrivée d’un torrent dans notre vie s’approchant à grands pas, on préfère récupérer du sommeil là où on peut, dès maintenant. Toute façon, on sera décalés à la naissance de Bibou, quoi qu’il arrive, alors autant prendre le pli tout de suite, lol !

Les achats pour l'arrivée de Bibou

Les parents qui commencent les achats de bébé dès la première écho (3ème trimestre), ont totalement raison !! Il y a TELLEMENT de trucs à acheter. Du coup répartir les dépenses, faire le point en fonction des semaines et des mois… C’est plutôt une bonne idée, je trouve. 

Alors oui, j’ai beaucoup entendu le : “mais n’achète pas trop, il aura pas besoin de tout ça“. Ou encore le : “mais tout le monde va t’acheter des trucs, n’en prend pas trop“. Bah non en fait lol, je préfère acheter à mes goûts, en fonction des besoins que j’estime moi-même. Et surtout, j’ai fait une liste de naissance TREEEEEEEES longue, pour qu’il y ait le choix et que ceux qui veulent nous offrir un cadeau de naissance, fasse leur choix parmi la liste. Quand t’habites à Paris, tu peux pas te permettre de te faire offrir 3 parcs, 20 doudous, une chaise haute et 2 transats… Clairement, ça paraît compliqué !

Finalement, ma mère a eu le bonne idée de me conseiller de faire un tableau Excel, avec les achats déjà effectués pour Bibou. Cela me permet de me rendre compte de ce qui lui manque, avant qu’il arrive. En ligne, mettez les tailles (naissance, 1 mois, 3 mois, 6 mois, 9 mois, 12 mois), en colonne, mettez les articles (bodies, pyjamas, gigoteuses, pantalons, gilets…).

De quoi centraliser tout ça, et être plus performants dans vos prochains achats pour bébé ! En ce qui me concerne, avant ses 3 mois, Bibou portera surtout des bodies et des pyjamas (environ 15-20 bodies par taille, et une petite dizaine de pyjamas). J’ai pas trop envie de passer ma vie devant la machine à laver ! Je prévois deux gigoteuses les 6 premiers mois, plein de bavoirs/bavettes, et une combi-pilote pour la sortie de maternité. Bien évidemment, je complète tout ça avec la liste de la maternité (assez complète, d’ailleurs). Bibou étant prévu pour avril, les affairs d’été sont pris en 6 mois !

Le début des craintes de l'accouchement

Suffit qu’en plus vous matiez les inédits de Babyboom le dimanche, et BIME, gros stress supplémentaire. Non, en vrai je vous parle de craintes, mais je n’en ai pas tant que ça, je me dis juste que le moment fatidique approche. C’est plus de l’appréhension, en fait. L’inconnu. Les sensations dont on nous parle mais qu’on ne peut pas imaginer avant de les avoir vécues nous-mêmes… Et puis, on pourra dire ce qu’on veut, on ne peut absolument pas prévoir comment ça va se passer tout ça ! Même les césariennes programmées, finalement. Moi-même, je suis née 3 jours avant la césarienne programmée de ma Mamounette. 

Je pense pouvoir gérer beaucoup de choses le moment venu, à condition que je sache un peu à quoi m’attendre. Alors, je vous le dis direct, pas de négociations possibles, pour moi ce sera la péridurale. Je suis trop flippette pour envisager autre chose ! En revanche, l’épi-no me permet d’appréhender les sensations de la sortie de Bibou, et comprendre les déchirures qui peuvent en découler. Evidemment, ces exercices permettent de les éviter au mieux le jour-j ! Mais au moins, je sens un peu à quoi m’attendre. Le fait que Mister G. soit là pour l’accouchement, je pense que psychologiquement ça fait 50% du job aussi.

Les cours de préparation à l’accouchement devraient également m’apporter pas mal de réponses et de conditionnement. Tant que je comprends ce qui m’arrive, je pense pouvoir gérer. Quoi qu’il en soit, il est tout à fait normal d’avoir des craintes sur l’accouchement. Le tout, c’est de ne pas se laisser polluer l’esprit qu’avec ça, car au final, on ne maîtrise pas grand chose. Ce sera au bon vouloir de votre baby chou !

Les cours de préparation à l'accouchement

J’ai choisi de les faire directement à ma maternité. D’abord, parce que je m’y sens bien, et ensuite, car ça me permet de faire connaissance un peu avec toutes les sage-femmes, que je serai amenée à rencontrer pendant mon séjour à la maternité. J’ai fait mon entretien prénatal au 4ème mois de grossesse (payé par la sécu, rien à débourser), et le premier cours au 5ème mois. Il concernait surtout les maux de la grossesse, mais permettait aussi de reconnaître les contractions pendant la grossesse, utiliser le ballon et le coussin d’allaitement, la ceinture de maintien, etc. Forcément, c’était un cours que l’on pouvait faire assez tôt. 

Pour les 6 suivants (toujours payés par la sécurité sociale, ça c’est plutôt cool), j’ai préféré attendre le milieu de mon 7ème mois, et faire le dernier cours au début du 9ème. Comme ça, même si Bibou a 3-4 semaines d’avance, maman et papa seront prêts ! Oui, car Mister G. m’accompagnera à tous mes cours de préparation à l’accouchement (bien évidemment, les sage-femmes sont totalement d’accord, et encouragent même les papas à venir). Il vous donnera aussi son avis sur ces cours de préparation !

Le prochain aura lieu le 1er février. Voici le thème : les prémices du travail, reconnaître le début du travail et savoir quand partir à la maternité + pratique : respiration pour accompagner le début du travail. Hâte de vous en dire plus !

Love,

3 autres articles que vous pourriez aimer :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.