Tout savoir sur la toxoplasmose pendant la grossesse 2/2

toxoplasmose pendant la grossesse igg et igm positifs témoignage maternité grossesse premier trimestre maricouchetoila blogmandy-von-stahl

Deuxième partie de l’article sur la toxoplasmose pendant la grossesse (première partie ici).

Mister G. est resté au téléphone avec moi, le temps que mon frère rentre du travail et passe la soirée avec moi, rejoint ensuite par ma belle-soeur. J’avais juste besoin de ne pas être seule. J’appréhendais même le moment où je me retrouverai seule.

Des premiers jours difficiles psychologiquement

Et finalement, ça a été. Je me suis endormie tard, après des heures et des heures de recherches sur tous les cas possibles et imaginables de toxoplasmose. Tous les différents taux IgG et IgM qu’on pouvait trouver. Les rapports de médecine incompréhensibles. Les fichiers PPT destinés à des professionnels du secteur. Bref, j’ai tout lu sur le net. Et je voyais quand même une lueur d’espoir sur mon cas. Celle du cas rare des “IgM résiduelles”.

J’appelle ma copine médecin, à qui j’annonce prématurément ma grossesse, et une mauvaise nouvelle en même temps. C’est l’une des meilleures amies de Mister G. et j’ai l’impression de lui avoir un peu volé ce moment précieux. Mais j’avais besoin d’elle, comme il y a quelques mois lorsque j’ai appris pour les adénofibromes dans ma poitrine

Je m’endors avec des recherches sur iPad et iPhone encore ouvertes. Et à 4h30 du matin, premier réveil en sueur, sursaut, avec la certitude d’avoir fait une fausse-couche. Je cours jusqu’à la salle de bain, craignant de voir du sang un peu partout. Je pleure de nouveau évidemment. Je suis encore seule, évidemment. Fausse alerte. Tout a l’air d’aller. Le médecin m’a fait peur tout à l’heure, ça doit encore jouer sur mon mental…

Le lendemain, je passe ma journée à continuer mes recherches, à m’inquiéter, et à échanger avec mes copines enceintes.

Mademoiselle MP, mon rayon de soleil

La vie reprenait son cours tant bien que mal. Je devais attendre 2 à 3 semaines entre ma première et deuxième prise de sang toxo. Il me restait encore une semaine à attendre. Interminable, autant vous dire. 

Et puis, une camarade d’école, a refait surface. A vrai dire, elle ne m’aimait pas du tout lors de nos études, nous avions simplement une amie en commun (Mademoiselle S. dont je vous parlais lors de mon mariage). On a fini par grandir, échanger de temps à autre, sans savoir vraiment comment ni pourquoi ça arrivait.

Elle est maman d’un magnifique petit garçon de presque deux ans, et me demande régulièrement des nouvelles depuis qu’elle a su pour ma grossesse (bien avant beaucoup de monde). Je lui partage donc mon désespoir et mon inquiétude concernant la toxo, mes deux taux (IgG et IgM) positifs, les remarques de mon médecin de famille.

Et là, dans la plus grande détente du monde : “bah, et alors ? Moi aussi j’avais eu la toxo !“. Oui, mais moi les DEUX taux sont positifs, c’est la merde. “Bah moi aussi mes deux taux étaient positifs“. Attends, what ? Je m’en souviens encore, je marchais dans la rue pour éviter de prendre le métro (la marche est le meilleur sport de la femme enceinte).

Je sais que son bébé va bien, je lui demande donc si elle est certaine de l’avoir attrapé avant la grossesse. Elle me répond qu’après une autre prise de sang, ils ont constaté que c’était… Je vous le donne en mille… des IgM résiduelles !! Elle tente de me rassurer (ou alors pas du tout, elle n’y croit juste pas du tout) : “Mais bien sûr que tu as chopé la toxo petite, t’es turque !“. Comment ce petit bout de femme, qui n’était même pas une amie, a réussi à autant me réconforter, à être mon rayon de soleil dans cette obscurité totale, quand personne n’avait réussi jusqu’alors.

Nouvelle prise de sang, nouvelle épreuve

Dans mon coeur, j’ai toujours su que tout irait bien. Mais le fait que Mademoiselle MP m’ait rassuré (sans même le vouloir d’ailleurs), m’a totalement libéré des remarques hostiles du médecin. 

C’est donc tout à fait confiante que je retourne au labo, 18 jours après la première prise de sang. Je me présente à l’accueil : “C’est vous Madame C. ?“. On dirait qu’elle me connaît, alors je lui réponds : “Ah, c’est vous que j’ai eu au téléphone concernant mes taux d’HcG et ma grossesse ?” “Ah non, pas du tout. On a beaucoup parlé de votre cas au labo“. Ah d’accord…super !

Et là je commence à avoir les avis non demandés et non désirés du personnel médical du labo. Comme quoi j’avais certainement attrapé la toxoplasmose pendant ma grossesse et que : “vous savez que c’est très grave Madame d’attraper la toxoplasmosme pendant la grossesse ? Vous allez faire une fausse couche !“. Mais putain, que se passe-t-il dans ta tête d’idiotes de ce genre, pour dire une chose pareille. Alors que tu n’as pas mes résultats finaux, que je ne t’ai pas demandé ton avis, et que tu n’es pas qualifiée pour me dire tout ça. Je lui réponds : “je sais Madame, j’ai passé suffisamment de nuits blanches en recherches pour savoir tout ce que vous pouvez me dire. J’ai certainement des IgM résiduelles, voilà tout“.

Et là, la dame censée me faire ma prise de sang réplique : “Ah vous savez, dans toute ma carrière, je n’ai vu qu’un seul cas d’IgM résiduelles, une dame qui a été enceinte il y a quelques années. Donc ça m’étonnerait que ce soit votre cas“. Ah merci, vraiment. J’étais venue tellement pleine d’entrain, certaine que tout se passerait bien, et trois pauvres idiotes m’ont de nouveau fait peur, sans raison valable, sans qu’on ne leur demande quoi que ce soit.

Alors bien sûr, je ne rejette pas la prévention, d’avertir les patientes des risques. Mais pourquoi ne pas les nuancer, éviter de les faire paniquer tout de suite ?

Quand j’ai demandé à Mademoiselle MP ce que son gynécologue lui a dit aux premiers résultats, elle m’a dit qu’il a été “cool, cool, cool“. En gros, il lui a dit de quand même prendre les antibiotiques en attendant les prochaines analyses, par prévention, mais de ne pas s’affoler d’ici là. Et aux résultats de la seconde prise de sang, les taux ont stagnés, voire diminués. Signe que l’infection était ancienne, et que les IgM étaient bien résiduelles…

10 jours d'attente pour le résultat définitif

Mister G. était en déplacement à Madison cette semaine-là (décidément). Je passais la soirée avec ma mère, nous avions prévu d’aller au cinéma. Dix minutes avant de partir, je reçois un e-mail de notification. Premiers résultats disponibles. Pas ceux de la Pitié-Salpétrière, ceux du petit labo. Pas de conclusion, en revanche des nouveaux taux que je sais interpréter avec mes nombreuses heures, voire jours, de recherches.

Je demande à ma mère si c’est une bonne idée que je regarde ça maintenant, ça risque de gâcher notre soirée. Elle me répond que ce serait pire de ne pas regarder, qu’on y penserait pendant la séance de ciné. Elle marque un point. J’ouvre mes analyses et découvrent mes nouveaux taux : ils sont stables ! Pour une véritable alerte, il aurait fallu une augmentation significative des taux (au moins doublée ou triplée). ILS ONT STAGNE ! Je dis à ma mère, c’est une infection ancienne c’est sûr ! 

J’appelle Mister G. Il est 7 heures de moins, fin de matinée pour lui. Il répond en FaceTime en pleine réunion. Je lui annonce et là il ne crie pas mais sourit et sautille dans tous les sens. On est heureux. Ma mère et moi pouvons profiter de notre film en toute tranquillité ! Quel bonheur, quel soulagement… “Je savais que je l’avais chopé il y a longtemps. Bibou va bien, je le savais au fond de moi“. Ma mère me dit qu’elle n’a jamais douté non plus, que comme elle j’avais du être infectée petite, que c’était même passé inaperçu.

En route vers de nouvelles aventures

Bien sûr, j’ai prévenu mes copines enceintes et Mademoiselle MP, la force tranquille, qui n’était absolument pas étonnée : “tu vois, je te l’avais dit“. Croyez-moi ou non, celui-là, j’ai adoré l’entendre !

Et puis, le 24 septembre, je suis allée d’abord récupérer les résultats de la Pitié au labo, avant d’enchaîner avec l’échographie du premier trimestre, et un rdv avec mon médecin. Tout ça, dans la même après-midi !

Mister G. me dépose devant le labo et se gare. Je récupère l’enveloppe, je ne calcule personne, et en sortant, je vois mon mari s’approcher et me rejoindre. Je pense qu’il veut être là pour tirer un trait définitif sur cette affaire de toxo. “D’après les différentes sérologies, nous pouvons conclure que l’infection a eu lieu au moins huit semaines avant le premier prélèvement“. J’étais enceinte de 5 semaines, au premier prélèvement !!

Ces analyses restent nouvelles, voilà pourquoi chaque labo a sa propre échelle. Ils ne sauront donc pas me dire si j’ai contracté la toxoplasmose il y a 9 semaines, ou 9 ans. Peu m’importe, je suis immunisée contre la toxo et Bibou ira bien… Mister G. me high five, et c’est parti pour le rendez-vous avec mon échographiste, pour de nouvelles aventures !

Le point de vue de Mister G.

J'ai voulu rejoindre Ayline pour être présent sur le dénouement final de cette histoire interminable et douloureuse. Même si j'étais libéré en lisant noir sur blanc les résultats, j'ai su que tout irait bien quand j'ai vu la confiance qu'avait ma femme. Elle était tellement persuadée que tout irait bien, que je l'étais aussi. Nous avons pu faire un trait sur cette mauvaise expérience et profiter pleinement de la suite des événements, beaucoup plus positifs.
mister g avis du papa échographie datation
Mister G.
Le futur papa

Love,

3 autres articles que vous pourriez aimer :

2 comments

  1. Hello ! C’est vraiment fou les commentaires des gens, surtout dans le milieu médical perso j’ai eu le droit à des commentaires sur la péridurale .. j’en suis à 7SA quoi …! M’enfin ! Je suis également dans le même cas que toi, j’ai un taux résiduel de la toxo, mon doc n’avait pas l’air de dire que c’etait Si rare que ça ! J’ai également refait une PDS pour vérifier mais ça arrive + souvent qu’on ne le pense même des années après !
    Belle grossesse à toi et profite bien ?

    1. Eh bien, tu me rassures ! Je suis simplement mal tombée malheureusement… Pour l’accouchement et la péridurale, ça c’est vrai que du début à la fin on a toujours des commentaires !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.